[Info] Hamdi Harbaoui annonce son départ du Qatar SC !

  • Officiel : Hamdi Harbaoui de retour à Lokeren


    Le club belge de Lokeren a confirmé aujourd'hui le retour dans ses rangs de l'attaquant tunisien Hamdi Harbaoui.
    Ce dernier devrait rester dans ce club au moins jusqu'à la fin de la saison.
    Hamdi Harbaoui a passé les examens médicaux et attend maintenant sa qualification après avoir rompu son contrat avec le club du Qatar SC.
    N'ayant pas été payé pour une période de trois mois, Hamdi Harbaoui a décidé de quitter ce club.
    Le tunisien a évolué avec le club de Lokeren de 2011 à 2014.

  • Harbaoui est parti pr l'oseille et oppa 3 mois sans se faire payer.Bahdou aller dawri el Qatarii,si vs pensez à l'aspect financier allez voir Slouma walla Meddeb ils vont vs arranger ça

  • Au Qatar le risque est plus élevé qu'en Somalie

    sa dépend si tu as un passeport anglo-américano-israélites on te mettra le tapis rouge ,par contre si tu as un passeport banou hilal on te pourirra la vie tout es question de nuance :D 
    Tu connais pas encore les boukerch du golf :huh:

  • نادي قطر يشكو التونسي الحرباوي في الفيفا
    قرر نادي قطر القطري تقديم شكوى رسمية للاتحاد الدولي لكرة القدم، ضد التونسي حمدي الحرباوي مهاجم الفريق السابق الذي رحل عن النادي دون سابق انذار رغم ارتباطه بعقد مع النادي حتى نهاية الموسم.
    وأصدر نادي قطر بياناً رسمياً جاء فيه: "انطلاقا من رغبة النادي في توضيح الحقائق المتعلقة بموضوع المحترف التونسي حمدي الحرباوي فان ادارة النادي تؤكد ان اللاعب طلب الحصول على اجازة خاصة لمدة ثلاثة ايام لانهاء بعض الاجراءات الشخصية في بلجيكا وتم الموافقة على طلبه، ولكن يبدو انه كان مبيت النية لامر اخر حيث بعث رسالة طلب فيها انهاء عقده وتم الرد عليه بان النادي يتمسك به لاعتبارات فنية وقانونية وبدا واضحا ان هناك تحريض من طرف ثالث اذ اعلن ناديه السابق لوكرين البلجيكي انه بصدد التعاقد معه".
    وبناء عليه تعلن ادارة نادي قطر عزمها المضي بكل الطرق والوسائل القانونية للجوء الى غرفة فض المنازعات بالاتحاد الدولي لكرة القدم، لقيام اللاعب التونسي حمدي الحرباوي بالاخلال بعقده مع النادي بصورة غير قانونية دون مراعاة لابسط قواعد الاحترام واللوائح والقوانين التي تنظم العلاقة بين الاندية واللاعبين وفيما يلي نص البيان الرسمي لادارة النادي.
    ونفى نادي قطر ان يكون للاعب اي مستحقات مالية، مؤكداً تسلم اللاعب كافة مستحقاته المالية وان مايروج اليه غير صحيح

    L'équipe qatarie porte plainte contre Harbaoui au FIFA.

  • msiknette...

  • Harbaoui: "Torturé par de faux espoirs"



    Harbaoui est de retour à Lokeren "pour faire un geste pour remercier le club".
    Hamdi Harbaoui a retrouvé le sourire. Contrat cassé, paperasse devant la Fifa, paiements qui n’arrivent pas et deux mois d’attente. Il se confie.


    Expliquez-nous pourquoi avoir brutalement quitté le Qatar SC.


    "Je n’ai plus été payé et j’ai donc cassé mon contrat. J’étais totalement dans mon droit."


    Pourquoi avoir alors dû attendre deux mois avant de jouer ?


    "Je ne me doutais pas que l’attente serait si longue. Je pensais pouvoir rapidement jouer. J’aurais pu être qualifié plus tôt mais l’Union belge n’a pris aucun risque et a attendu la Fifa. Sportivement, il n’y avait aucun risque mais l’aspect financier entre aussi en jeu. Mon contrat stipule que le Qatar SC doit me payer l’entièreté de mon salaire jusqu’à son terme en mai 2018. Je ne compte pas les lâcher."


    Vous espérez revoir cet argent ?


    "Une instance est occupée avec ce dossier et j’espère que tout sera finalisé avant juin."


    Ces deux mois d’attente ont dû être longs…


    "Je n’y étais pas préparé. C’était toujours demain, demain. Il y avait toujours de faux espoirs qui m’ont torturé. Mais cela est derrière moi."


    Vous avez d’ailleurs joué presque un match entier avant la trêve…


    "Oui, je retrouve des sensations et l’adrénaline du match. Je ne suis pas encore à mon meilleur niveau mais j’y travaille."


    Lokeren monte en puissance…


    "Depuis que Georges Leekens est là, nous n’avons plus perdu. Il sait gérer les matches et fait la différence sur un détail, un changement. Puis, il a créé une bonne atmosphère."


    Peut-on savoir ce qu’il vous a dit pour que vous battiez Waasland-Beveren 2-3 en étant menés 2-0 à la pause ?


    "Il a eu tenu le bon discours. Il nous a mis une gifle avant de nous tendre un bonbon. Il est très fort. Peter Maes était plus ‘fighting’ , lui est plus dribbleur." (rires)


    Peter Maes a essayé de vous faire signer à Genk…


    "Oui. Le Standard était également intéressé. Mais encore une fois ça n’a pas abouti. Mais plus parce que, comme à l’époque, Roland Duchâtelet ne pouvait pas cadrer mon agent, Mogi Bayat."


    Pourquoi alors ?


    "Car j’avais donné ma parole à Lokeren même si je pouvais avoir plus ailleurs. Je voulais faire un geste en venant aider le club. Pour le remercier. Je dois beaucoup au président Lambrechts. C’était aussi une sécurité pour moi. Quel club aurait été aussi patient ?"


    Vous avez signé jusqu’en juin. C’est quoi la suite ?


    "On verra en temps voulu. J’ai bien gagné ma vie au Qatar et je peux davantage viser un challenge sportif."


    http://www.dhnet.be/sports/foo…-56994dd93570ed38951fc965

  • Harbaoui: "Je veux marquer encore plus que Teodorczyk"


    Hamdi Harbaoui (31 ans) débarque à Anderlecht avec énormément d’ambitions après une très, très brève expérience italienne.
    De tous les transferts du Sporting cet été, celui d’Hamdi Harbaoui fut clairement le plus surprenant : 113 jours seulement après avoir signé à Udinese, le meilleur buteur du championnat en 2014 s’est engagé pour deux saisons (+ une autre en option) à Anderlecht. À 31 ans, il devra se battre pour la place en pointe avec la nouvelle sensation Lukasz Teodorczyk. Pas de quoi impressionner un garçon qui revient de loin. Détendu et souriant, il s’est posé une demi-heure avec nous en sirotant un café dans une petite salle à Neerpede.


    Vous nous avez surpris avec votre arrivée à Anderlecht.


    "Moi aussi, j’ai été surpris. (sourire) Je ne m’attendais pas à ne rester que trois mois à Udinese."


    Que s’est-il passé en Italie ?


    "L’entraîneur ne m’a pas utilisé lors des trois premiers matches. J’étais bon en préparation, je marquais puis il me met en tribune dès que le championnat commence. J’ai trouvé ça injuste. Et le pire, c’est ce que je n’ai reçu aucune explication. On ne m’a pas bien traité là-bas. J’en ai donc discuté avec mon agent (NdlR : Mogi Bayat) et l’opportunité d’Anderlecht est rapidement arrivée sur la table."


    Les gens à Udine devaient quand même être surpris de vous voir partir aussi vite.


     
    "Je ne sais pas car je n’ai même pas eu le temps de dire au revoir. Le 30 août, mon agent m’a dit de rassembler toutes mes affaires et d’être prêt en cas de départ. Ce n’était pas encore sûr que je puisse signer à Anderlecht, mais j’ai pris ma voiture et j’ai roulé pendant douze heures jusqu’à Bruxelles. Pour le même prix, j’aurais pu faire le chemin inverse le lendemain, mais tout s’est arrangé heureusement. Vous savez, un transfert dépend toujours de beaucoup de choses. Il fallait que Sylla s’en aille pour que je puisse signer. Les derniers jours du mercato, il faut les prendre comme un match : tu dois être prêt." (rires)


    Un déménagement express mais, heureusement, vous avez un appartement à Anderlecht que vous habitiez lors de votre période à Lokeren.


    "Oui, mais il est loué. Je ne peux pas arriver et mettre la personne dehors. Pareil avec ma maison à Liège. Je cherche donc un appartement près du stade pour le moment. Tout cela chamboule un peu ma famille. Ce n’est pas facile de dire du jour au lendemain : Allez, on fait ses affaires et on se barre. Mais c’est ça la vie d’un footballeur."


    Dans quel état physique êtes-vous ?


    "Je suis prêt à jouer. J’ai fait toute la préparation à Udinese. Il me manque juste des matches officiels dans les jambes."


    Ça ne sera pas facile de les avoir : Teodorczyk cartonne depuis son arrivée.


    "Tant mieux ! Il marque beaucoup et moi je veux marquer encore plus. C’est ainsi la concurrence. Dès que j’aurai du temps de jeu, je ferai tout pour saisir ma chance."


    À Udine, vous n’avez pas été très patient…


     
    "C’était différent. Là-bas, on était huit attaquants. Je n’étais pas le seul déçu quand il faisait jouer un, voire deux de ses huit possibilités. À Anderlecht, la situation est plus classique avec deux attaquants en concurrence. Je n’ai aucun problème avec ça."


    Comment cela se passe avec René Weiler ?


    "Il m’impressionne. Il a un très bon discours et veut nous faire avancer. Si on prend son message positivement, je pense qu’on va énormément progresser."


    Même vous, à 31 ans ?


    "Merci de me rappeler mon âge. (rires) Vous savez, je ne me sens pas vieux du tout. Je fais très attention à mon corps car je veux jouer jusqu’à 35-36 ans. Avant Udinese, je sortais de quatre-cinq très bons mois à Lokeren."


    Vous savez combien de buts vous avez marqué lors de vos deux dernières rencontres officielles ?


    "Euh! six, non ?"


    Oui.


    "Un doublé contre Charleroi puis un quadruplé contre Malines en playoffs 2 avec Lokeren. Pourvu que ça dure." (sourire)


    "Le Qatar me doit encore trois ans de salaire"


    Le transfert entrant d’un joueur trentenaire à Anderlecht est devenu rare ces dernières années, mais ce n’est pas étonnant que cela arrive à Hamdi Harbaoui. Le Tunisien n’a jamais connu une carrière linéaire. Il nous raconte son étonnant parcours.


    Le cauchemar à Mouscron : "Je me retrouve sans rien"  


    "C’était en 2007, je débarque à Mouscron en droite ligne de l’Espérance Tunis. J’ai 22 ans et je suis ambitieux, mais le club est en faillite. C’est très vite le bordel et je me retrouve sans rien."


    Les divisions inférieures : "Appris l’humilité en D3"  


    "J’aurais pu rester en D1 après la faillite de Mouscron, mais je n’aurais été que remplaçant car personne ne me connaissait et je n’avais aucun crédit. J’ai donc décidé de descendre en D3, à Visé, pour me faire un nom. Puis ce fut la D2 avec Louvain. Dans les divisions inférieures, j’ai appris l’humilité car tu y vois des joueurs de talent qui ne percent pas. Heureusement, on peut s’en sortir, comme l’a montré aussi Thomas Meunier que j’ai croisé en D3."


    La rampe de lancement à Lokeren : "Trois titres"  


    "En 2011, je reçois enfin ma chance en D1, à Lokeren. J’y ai, au final, remporté trois titres : deux Coupes de Belgique et le titre de meilleur buteur en 2014. J’avais pourtant passé trois mois sur le banc cette saison-là avec Peter Maes... (sourire) J’y ai découvert des gens formidables comme Georges Leekens. Il m’a d’ailleurs envoyé un SMS de félicitations pour mon transfert à Anderlecht il y a deux jours. Je crois qu’il avait un peu de retard dans sa lecture des journaux." (rires)

     

    Le Qatar et pas la Chine : "Je suis à l’abri du besoin"  


    "Avec le titre de meilleur buteur en poche à 29 ans, je voulais réaliser un beau transfert. Je m’attendais à une offre complète, sportivement et financièrement, mais elle n’est pas venue. Je pouvais rejoindre un grand championnat, mais je n’y aurais pas bien gagné ma vie. Quand l’offre du Qatar est arrivée, je ne pouvais pas refuser. C’était encore plus intéressant que le contrat qu’on m’avait proposé en Chine six mois plus tôt. J’ai d’abord signé pour deux ans au Qatar puis j’ai rapidement reçu une prolongation de contrat car je jouais bien (NdlR : 22 buts en 24 matches au final) . Mais, au bout d’une saison, il y a eu des retards de paiement et je suis parti. La Fifa a tranché en ma faveur et le club doit me verser les trois années de contrat qu’il me restait. Le club est allé en appel, mais je suis confiant. Grâce à ça, je suis à l’abri et je peux faire des choix sportifs maintenant. Je ne regrette rien."


    "Mes équipiers ne peuvent pas rouler avec ma Ferrari"


    De son année à Doha au Qatar, Hamdi Harbaoui a gardé un grand souvenir : une Ferrari California T. "C’est mon petit bijou" , sourit-il. "Je ne suis pas venu avec aujourd’hui, elle est dans un garage à Gand, mais je n’aurai aucun problème pour la prendre à Neerpede à l’avenir. Pourquoi devrais-je ? Anderlecht est un club prestigieux, un club où les joueurs ont de belles voitures."


    La dernière Ferrari qu’on avait pu voir sur le parking d’Anderlecht, c’était celle d’un autre attaquant : Dieumerci Mbokani. "Mais je préviens déjà mes équipiers : personne d’autre que moi ne peut rouler avec. (rires) Obradovic est un fou de belles voitures ? Il pourra la conduire s’il marque vingt buts. Et tant pis s’il est défenseur..." (clin d’œil)


    http://www.dhnet.be/sports/foo…-57d1963035701f2d1171d32d








  • Harbaoui, c’est fini sous Weiler


    Comme Okaka et De Maio, il n’a pas accepté les critiques directes de son coach.


    Alors que René Weiler a appliqué une tournante à Charleroi, Hamdi Harbaoui n’a même pas été repris dans la sélection. Nathan Kabasele, qui avait complètement disparu de la circulation, a pu débuter le match. Le Suisse a clairement indiqué qu’il ne compte plus sur l’attaquant tunisien.


    Weiler reproche plusieurs choses à Harbaoui. Il estime qu’il n’est pas un attaquant qui sait mettre le pressing sur l’adversaire. Il trouve qu’il ne travaille pas assez aux entraînements. De son côté, Harbaoui n’accepte pas les critiques personnelles à son égard. Pendant des mois et des mois, il a mordu sur sa chique. Mais dernièrement, à l’instar d’Okaka et de De Maio, il a réagi. Quand on fait cela sous Weiler, on creuse sa tombe.


    Pourtant, Weiler semble avoir changé sa ligne de conduite. Samedi passé, Harbaoui et Badji avaient refusé de s’entraîner avec les U21. Logiquement, les deux auraient dû être écartés. Mais mardi, Weiler les a repris dans le groupe, parce qu’il avait besoin de Badji à Charleroi. Malgré de nombreux buts inscrits à l’entraînement, Harbaoui n’a pas été convoqué pour la Coupe. Sous Weiler, il n’a plus d’avenir à Anderlecht...


    http://www.dhnet.be/sports/foo…-5841a8a5cd707c9b300ea246

  • René Weiler a appliqué une tournante?? :D

  • Harbaoui flingue son ex-coach: "Ce que Weiler m’a fait, c’est un manque de respect"


    Hamdi Harbaoui sort l’artillerie lourde pour flinguer son ancien coach.


    Pour mettre toutes les chances de son côté en vue d’une qualification pour les playoffs, Charleroi s’est saigné lors de ce mercato en attirant Hamdi Harbaoui. C’est en effet le Sporting qui prend totalement en charge le salaire de l’attaquant, prêté six mois par Anderlecht. Un investissement de plusieurs centaines de milliers d’euros, que Charleroi ne rentabilisera qu’en cas de participation au Top 6.


    En Espagne, c’est un Harbaoui avec le sourire Pepsodent que les Zèbres découvrent. Un buteur racé, qui s’est déjà fait plaisir dimanche lors du premier entraînement avec ballon à El Saler.


    Après ses échecs à l’Udinese et à Anderlecht, l’attaquant veut prouver (et se prouver) qu’il peut encore secouer les filets. Durant une heure, le Tunisien s’est confié… et a vidé son sac.


    Hamdi, qu’est-ce qui a fait pencher la balance en faveur de Charleroi ?


    "Mogi m’a proposé de venir voir le match contre le Standard (NdlR : c’était le 4 décembre). Il ne m’a pas mis la pression pour signer ici, c’était un choix personnel. Je suis resté après le match et j’ai discuté avec le coach et le président de mon éventuel transfert. J’ai directement été très bien accueilli et c’est ce qui m’a donné envie de relever le défi. Car on sait tous que j’avais d’autres possibilités, notamment à Lokeren, en Chine ou à Dubaï où j’aurais pu gagner beaucoup plus."


    Vous n’avez pas attendu la fin du mercato pour vous engager avec Charleroi. C’est la preuve que votre décision était prise ?


    "J’ai vu une bonne équipe. Mais j’ai également vu que j’avais ma place dans cette équipe. Et quand tout le monde te veut, il n’y a plus de raison d’hésiter… Et puis, de Perbet à Théréau, on ne m’a dit que du bien du club. Charleroi a fait l’effort de garder le même contrat que celui que j’avais à Anderlecht. Désormais, mon challenge est de jouer et de prouver à ceux qui doutent encore de moi que je suis toujours là."


    Pourquoi est-ce que cela n’a pas fonctionné pour vous tant à Anderlecht qu’à l’Udinese ?


    "C’est pas que ça n’a pas fonctionné. Mais c’est juste qu’on ne m’a pas laissé le temps de prouver ma valeur ! À Anderlecht, le peu de temps que j’ai joué, j’ai marqué… avant d’être mis de côté sans aucune explication. C’était un choix de l’entraîneur et uniquement de lui. Maintenant, c’est à lui d’assumer."


    Connaissez-vous les raisons de cette mise à l’écart ?


    "Non. Et c’est un manque de respect de la part de Weiler. Il m’a tenu tout un discours pour que je rejoigne Anderlecht, et puis il se comporte de la sorte. Il devra assumer ce choix même si je lui souhaite le meilleur pour la suite."


    Il ne s’est donc rien passé entre vous et lui ?


    "Il faut lui demander. Si j’avais été indiscipliné ou non professionnel, j’aurais compris. Mais je suis quelqu’un qui a toujours bossé, tout en étant irréprochable."


    On a évoqué un refus de votre part de jouer en Espoirs ?


    "C’est faux ! Au contraire, c’est même moi qui ai demandé de jouer. J’ai d’ailleurs mis quatre buts en trois matches."


    On vous a aussi reproché cette perte de balle à Saint-Étienne ?


    "Je l’ai lu dans la presse. Mais le coach ne m’en a jamais parlé… vu qu’il ne me parlait pas. À Sclessin, quand il a fait monter Deschacht comme attaquant, j’avais tout compris. Weiler a posé un choix et c’est à la fin de la saison qu’on tirera un bilan. Dans une carrière, on peut avoir des accidents. J’ai traversé une mauvaise passe et j’espère qu’elle est terminée. Je me sens prêt, j’attends juste de jouer."


    Vous avez déjà vu Charleroi à l’œuvre. À vos yeux, que manque-t-il à votre nouvelle équipe ?


    "Un buteur ! Charleroi est une équipe très offensive et David Pollet un vrai travailleur. Mais il manquait peut-être quelqu’un à côté de lui. Je suis un finisseur, un vrai pivot. J’espère que l’équipe pourra s’appuyer sur moi."


    L’équipe attend tellement de vous que vous avez une fameuse pression sur les épaules ?


    "Je prends les choses positivement. Tout le monde est content que je sois là et je veux rendre aux gens ce plaisir. Après, un poste ne s’offre pas. Je vais travailler dur pour gagner ma place. S’il est vrai que j’ai un beau CV, je ne suis pas du genre à me la jouer comme une starlette. J’ai toujours faim et envie."


    En juin, il vous restera encore un an de contrat à Anderlecht. Un retour est-il envisageable ?


    "La possibilité que j’y retourne existe. Je n’aime pas partir sur une mauvaise impression et j’ai donc une revanche à prendre."


    En optant pour Charleroi, vous effectuez un pas en arrière ?


    "Je n’ai absolument pas cette impression. Le club est dans le Top 6 et a déjà montré beaucoup de bonnes choses. Je pense donc vraiment que j’ai effectué le bon choix. Et puis, pourquoi ne pas viser d’être champion ? Il faut oser viser haut pour atteindre ses objectifs. Depuis ma période à Louvain, je n’avais plus jamais senti une si bonne ambiance dans un vestiaire."


    "La Can ? Une déception… et un soulagement"


    Charleroi avait conditionné le transfert d’Harbaoui à une non-sélection de l’attaquant tunisien pour la Coupe d’Afrique des Nations. Même s’il a participé aux qualifications, le Zèbre n’est donc pas du voyage au Gabon. "J’avais forcément envie de jouer ce tournoi. Mais j’avais également envie que ma situation personnelle s’arrange. Cette non sélection constitue donc une déception, mais en même temps un soulagement car j’ai trouvé un nouveau défi."


    Harbaoui a eu un contact avec le sélectionneur afin de lui expliquer sa situation personnelle. "Pour rester juste, il est normal qu’il ne reprenne que des garçons compétitifs. Je respecte donc totalement son choix. Et puis, si j’avais été retenu, peut-être que j’aurais encore dû rester au placard durant cinq mois à mon retour. Je souhaite donc tout le meilleur à la Tunisie !"


    Car Harbaoui sait qu’une place en équipe nationale pour les prochaines qualifications en vue de la Coupe du monde l’attend si tout se passe bien avec Charleroi.


    "Avec Jo, je termine meilleur buteur"
    À l’hôtel Parador El Saler, Hamdi Harbaoui loge dans la même chambre que Jordan Remacle, l’autre recrue du Sporting.


    Les deux hommes souhaitent reformer au plus vite le duo qui avait fait les beaux jours d’OHL (montée en D1) et Lokeren (qualification pour les playoffs et victoire en Coupe de Belgique). "On a montré de bonnes choses ensemble en D1. Et avec Jordan, j’ai toujours terminé meilleur buteur… même si ça sera difficile de refaire le coup avec Charleroi vu le retard que j’ai. Si je peux atteindre les dix buts, ça sera déjà bien. Avec Jordan, on a noué une bonne complicité, on se trouve facilement."


    Les deux gars sont revanchards et motivés. Ce qui fait souvent fureur à Charleroi.


    http://www.dhnet.be/sports/foo…-587294b8cd708a17d55db43c