[Debat] : La taille de nos gardiens est elle un problème ?

Suite à la perte de données que nous avons rencontrée, si vous êtes un membre de notre forum inscrit en 2017, merci de vous réinscrire.
Nous sommes désolés pour la gêne occasionnée.
  • DOSSIER - ON N’A PLUS DE GRANDS GARDIENS DANS NOTRE CHAMPIONNAT
    JEAN-JACQUES TIZIÉ (ENTRAÎNEUR DES GARDIENS DE BUT À L’ESPERANCE) : «La morphologie du gardien tunisien laisse à désirer»



    Ex-gardien de l’équipe de Côte d’Ivoire, il a fait carrière à Ezzamalek, Africa Sport, au Stade d’Abidjan avant de rejoindre les «Sang et Or» et faire carrière comme gardien et comme entraîneur des gardiens
    «La frénésie du marché des transferts ne semble pas concerner les gardiens tunisiens dans les mêmes proportions que ceux qui sont déjà en Europe ou dans le Golfe.
    Quel sens faut-il accorder à cette sous-cote, à cet apparent déficit de reconnaissance?
    Deux hypothèses : soit les gardiens tunisiens ne sont pas objectivement déterminants dans un football contemporain dominé par les machines collectives défensives et des attaquants prodiges, soit on mésestime leur importance ou le tri est difficile en Europe.
    Mais la vérité est autrement plus complexe. Les gardiens de but tunisiens ne sont pas exportables parce qu’ils n’ont jamais eu une formation adéquate, plus scientifique, pour jouer à un niveau supérieur.
    Chaque journée de championnat en Ligue 1, on remarque les lacunes criardes des gardiens. Ils ne cessent de rater leur sortie.
    Cela dénote que ces gardiens de but ont passé toutes les catégories avec leurs lacunes. A l’EST, j’ai remarqué auprès des jeunes gardiens qu’il y a beaucoup de choses à revoir, vu leur mauvaise formation.
    En arrivant chez les seniors, ces gardiens ne peuvent pas rectifier leur formation. Ils seront donc inaptes à jouer à l’extérieur.
    Par contre, il y a quand même de bons gardiens en Ligue 1. Il y a autre chose qui empêche ces gardiens de jouer en Europe : leur morphologie, qui laisse à désirer, ils sont de petite taille. Il n’y a que le gardien du Club Africain, Farouk Ben Mustapha, qui possède une morphologie convenable en Ligue 1.
    Cela dit, les gardiens de but tunisiens sont pénalisés par leur mauvaise morphologie et leur technique assez faible. En conclusion, les gardiens tunisiens ne sont pas complets pour jouer en Europe»
    .
    Auteur : Propos recueillis par Karray BRADAI

  • DOSSIER - ON N’A PLUS DE GRANDS GARDIENS DANS NOTRE CHAMPIONNAT


    HAMDI KASRAOUI : «Nous sommes à des années-lumière»



    «Je fus soumis à une rude concurrence»
    «Le FC Lens m’a suivi pendant un bon moment. Ils sont venus me superviser lors du match amical de l’équipe nationale contre la Hollande. La délégation du FC Lens était composée de l’entraîneur des gardiens et du manager général. J’ai eu la chance d’avoir fait un bon match ce jour-là. Ils se sont dit que j’avais le bon profil. En fait, l’équipe de Lens avait à l’époque des soucis financiers. Ils ont décidé de réduire la masse salariale. C’était en 2009, l’année de l’accession en Ligue 1. Le premier gardien était le Croate Vedran Runje. Il avait déjà une longue carrière derrière lui. Il venait de Beşiktaş et a endossé auparavant le maillot de l’Olympique de Marseille. Il faut bien le reconnaître : Runje était une grosse pointure et la concurrence s’annonçait rude si nous devions rester tous les deux au club. Mais le problème n’était pas là. Un concours de circonstances a fait que mon expérience au RC Lens était mitigée. J’étais recruté en juillet 2009 avec un plus bas salaire, avec l’idée de remplacer Runje dont le club cherchait à se débarrasser au plus vite dans le cadre de la politique de réduction de la masse salariale. Runje recevait un salaire de 70.000 Euros nets d’impôts, l’équivalent de 150.000 Euros bruts. Son contrat courait jusqu’à 2012. Mais on ne lui a pas trouvé de recruteur lors du mercato estival de 2009. C’était donc une partie remise pour le mercato hivernal.
    Je me suis dit qu’une période d’adaptation de six mois ne serait pas longue. J’ai fait quelques bons matches amicaux lors de l’été 2009. Le poste de gardien de but est un peu délicat. Il n’y a qu’un seul qui peut prétendre au rang de premier gardien. J’ai débuté avec le statut de remplaçant à Lens alors que j’avais débarqué avec le statut d’international et étais le premier gardien à l’Espérance de Tunis avec qui j’ai remporté trois titres. Je ne pouvais pas donc rester plus de six mois sur le banc des remplaçants.
    Mais voilà que Runje n’est finalement pas parti après le mercato hivernal. L’entraîneur de l’époque, Jean-Guy Wallemme, estimait qu’il devait à Runje la remontée en Ligue 1 lors de la saison 2008/2009. Dans la tête de Wallemme, Runje est le gardien numéro un, d’autant que c’est lui qui l’a amené à Lens. De son côté, l’entraîneur des gardiens qui m’a recruté voulait m’imposer. Quant à Runje, il avait un contrat solide à Lens. Il a dit aux responsables du club de lui trouver un contrat similaire pour partir.
    Nous avons fait un début de saison moyen. Runje n’affichait pas la grande forme. Les supporters voulaient voir l’international tunisien. au fil des journées et vu la petite prestation du Croate, cela a fini par devenir une polémique, relayée par les journaux.
    Lors d’une réunion technique, l’entraîneur a fait ses choix : Runje disputait le championnat et moi la Coupe de France et celle de la Ligue. Il s’est blessé à la fin de la saison et l’entraîneur a dû m’aligner lors des 7 derniers matches. J’en ai profité démontrer ce que j’avais dans le ventre et j’étais bien noté par le journal L’Equipe. La pression a pesé dès lors sur Wallemme qui tenait à son protégé. J’ai fait une excellente fin de saison et j’ai même reçu des offres en France. Malgré la méforme de Runje, de son propre aveu à la presse et qui s’est blessé au mollet au début de la saison, l’entraîneur est resté campé sur sa position. Nous avons fini par être relégués en Ligue 2, bien que j’aie essayé de sauver les meubles en sortant de bons matches.
    A ma troisième saison, je suis devenu le premier gardien et promu capitaine d’équipe avec un nouvel entraîneur. Quand nous avions connu une mauvaise passe, l’entraîneur m’a demandé de me reposer un mois. Cela a duré six mois vu que cela marchait bien pour mon remplaçant. J’étais rappelé à la rescousse pour les dix derniers matches et j’ai contribué au maintien de l’équipe en Ligue 2.
    A ma quatrième saison, on a ramené Rudy Riou qui était remplaçant à l’Olympique de Marseille. Ce que je n’ai pas accepté. J’ai fait le choix de revenir en Tunisie par la porte du CSS, car je voulais retrouver mon rang d’international.
    Indépendamment de mon expérience à Lens, il est difficile pour un gardien tunisien ou africain de faire carrière en Europe. Là bas, il n’y a pas de sentiments. De plus, notre football est à des années-lumière et on le ressent dès l’entraînement».

  • Avec le poste d'attaquant, c'est le plus poste où l'on a les plus grandes lacunes. Et, je pense que l'on n'a jamais eu ni de grand attaquant formé en Tunisie ni de grand gardien formé en Tunisie, et ça dure depuis des décennies et ça durera encore...

  • Achraf Krir et Rami Jeridi sont actuellement les 2 meilleurs gardien tunisien . Krir a un potentiel énorme ( taille , agilité, réflexe ) , inchaallah qu'il signe dans un club du top 3 pour qu'il s'impose en EN .

  • Achraf Krir et Rami Jeridi sont actuellement les 2 meilleurs gardien tunisien . Krir a un potentiel énorme ( taille , agilité, réflexe ) , inchaallah qu'il signe dans un club du top 3 pour qu'il s'impose en EN .





    a votre avis, quel est le pourcentage de réussite pour qu'un gardien puisse stopper un pénaltysifflé en plein match ? Maigre, et c'est d'autant plus parlant grâce aux données qui suivent !


    Déjà, il faut savoir que les dimensions d’une « cage « de football à 11 sont les suivantes : 7,32m de largeur sur 2,44m de hauteur. En somme, et pour grossir le trait, il serait tout à fait possible de faire rentrer un container 6m de largeur sur 2,4m de hauteur dans une cage de foot classique.



    Malgré tout, comme le souligne le site Business Insider, un gardien de but professionnel va pouvoir couvrir la quasi-intégralité d’une cage de football :


    Mais malgré cela, ce n’est même pas la grandeur de la cage des buts qui représente le plus gros souci, mais bel et bien la distance de tir. Le tireur se trouve à moins de 10 mètres, et si l’on part du principe que la vitesse du tir frôle les 100 km/h (et encore, un tir de Cristiano Ronaldo dépasse parfois les 130km/h), alors cela signifie que le ballon va pouvoir se nicher dans les filets de but en moins d’une demi-seconde. ESPN estime que le gardien dispose de 100 millisecondes pour prendre sa décision, et de 100 autres millisecondes pour se jeter d’un côté ou d’un autre.

  • Zied jbali 1.90
    achref krir 1.87
    ces deux qui ont une morphologie correcte a mon sens en plus techniquement valable


    atef dkhili 1.85
    moez ben cherifia 1.82
    Babouli 1.82
    Rami jridi 1.84
    Pour ces quatre bq de lacune


    Farouk ben mostfa 1.91 mais techniquemeny limite
    Mais reste le meilleur actuellement c balbouli