EST
Espérance Sportive de Tunis

[EST] Les 50 joueurs qui ont écrit l’histoire de l’Espérance Sportive de Tunis: De 20 à 11

De 1919 à 2019, Cent ans d’histoire et de gloires. Le doyen des clubs Tunisiens fêtera dans quelques jours son centenaire. Tunisie-Foot a décidé de sortir les grands moyens et de vous raconter l’histoire de l’EST à travers les récits de 50 joueurs qui ont écrit l’histoire du club de la capitale. La communauté TF  a réalisé un classement « subjectif ».

Voici donc la quatrième partie de ce classement du 20ième au 11ième joueur:

 

20- Abdelmajid Ben Mrad 1966-1979

Le numéro 7 magique a dominé les années 70 par son talent, sa rapidité et ses dribbles. Les défenseurs de l’époque se souviennent encore de RIVA.

19- Mourad Melki 1998- 2007

Le fils prodige de Jerissa a fait largement ses preuves à l’Olympique de Béjà avant de rejoindre l’EST pour écrire une grande SAGA. Avec 7 championnat ! et deux coupes. Melki a commencé comme milieu offensif puis un peu plus défensif pour finir en arrière droit. Il a toujours répondu présent et n’a jamais fait de l’économie, ses 312 matchs et 40 but sont la preuve indéniable.

 

18- Les Msakni’s 2008-2013

En 2007 Youssef Msakni est déjà une star en Tunisie, après une Coupe de Monde U17 plus que réussi par le fils de Mondher Msakni. Tient Mondher Msakni lui même été un joueur de l’EST au début des années 90. Il a même été là lors la campagne africaine de 1994. 17 ans après en 2011 c’est Youssef qui prend le flambeau et fini meilleurs buteur de l’équipe en CL avec 5 buts. Fianlement en 2013 après 155 match et 49 but Youssef part au Qatar en marquant le raccord du transfert le plus cher de l’histoire de la Tunisie ( LP1). Mais il restaitvun dernier Msakni, Iheb qui n’a pas pu remplir la place de son cadet malgré son talent évident. Depuis des rumeurs parlent souvent d’un retour du fils prodige mais il n’en est rien pour le moment, mais qui sait ? L’histoire des Msakni à l’EST n’est peut être pas fini…

 

17- Jean-Jaques Tizié 2000-2006

En l’an 2000 l’interdiction de recruter des gardiens étrangers a été levée. Et c’est tombé juste au moment où Chokri El Ouaer a pris sa retraite. L’EST est allé alors chercher un des meilleurs en Afrique: gardien international ivoirien vainqueur de la coupe de la CAF contre le CA… L’ivoirien n’a pas tardé a exprimé l’étendu de son talent et à faire valoir ses qualités hors norme. 5 championnats et une coupe en 6 ans beaucoup de parades et duels gagnés et d’amour partagé avec le public sang et or. En 2006 l’interdiction sur les gardiens étrangers été de retour obligeant ainsi Jean-Jaques a quitté l’Espérance à contre cœur, une séparation qui ne dure pas long temps puisque il est revenu quelques années plus tard pour assurer l’entrainement des gardiens  au parc B et raflé quelques titres de plus par la même occasion.

 

16- Temime Lahzemi 1970-1979

Tout le monde se souvient de Temime comme l’héros de la Saga de l’Argentine 1978 mais avant ça Temime avait écrit une page glorieuse de l’histoire de l’Espérance . L’enfant de Hammem-Lif a rejoint la capitale en 1970 à 21 ans il ne tarde pas à prendre ses marques et à s’imposer comme l’attaquant vedette de l’EST,  9 saisons, 204 matchs et 79 buts plus tard le capitan part vers l’Europe,  vers le grand OM.

 

15- Ali Ben Neji 1983-1995

L’histoire de Ali Ben Neji est une saga de passion, amour et dévouement. Le défenseur international n’a pas connu d’autres club que l’Espérance il a commencé comme un jeune surexcité à coté de la génération des années 80, il a ensuite mûri au cotés des Ben Yahia, Malloul, Hicheri… Pour finir comme capitaine de la génération mythique de 94 et marqué le deuxième but dans le match du 20ième siècle lors de la finale de la C1 contre Zamalek. Ali Ben Neji ou comment réaliser une carrière exemplaire.

 

14- Harrisson Afful

Après la retraite de Tarek Thabeut et reconversion de Melki l’EST n’a pas trouvé un arrière droit de haut volet, en 2009 les recruteurs de l’EST déniche enfin la perle rare un international Ghanéen! Afful bascule en premier temps entre les postes d’allier et d’arrière droit mais fini par s’imposer en tant que tutélaire indiscutable en enchaînant les matchs, victoires, les titres et les finales africains perdus…. Pas toutes car Afful a décidé autrement par une certaine soirée de 2011 et marque le but le plus cher de sa carrière contre Al Widad lors de la finale du CL. Le meilleurs arrière droit de l’Afrique en 2011 été un espérantiste.

 

13- Sameh Derbali 2006-2016/ 2017-

L’histoire de Sameh Derbali à l’EST est digne d’une tragédie grecque: Je t’aime moi non plus. Contrairement à ce que dit la légende Derbali n’est pas venu de l’OB il est formé à l’EST promu en senior  2006 il est peu utilisé, peu connu jusqu’à 2009. Il part alors en prêt à l’OB. Après une belle saison en ailier droit. De retour de prêt le joueur commence à s’imposer progressivement à force de persévérance et de travail Derbali fini à prendre le flanc droite de la défense derrière Afful qui joue un cran plus haut. En 2011 il réalise sa meilleur saison et participe activement au sacre Africain. En 2015 l’EST cale au début de saison et les supporter désigne un coupable: Sameh.-Ca n’était pas logique, un peu ingrat mais il a fini par partir. Ce n’était pas la meilleurs fin possible pour un gladiateurs. La vie continue au parc B et on a presque oublié Sameh Derbali. Mais en 2017 après la blessure de M’barki l’EST fait de nouveau appelle à Sameh Derbali qui a fait des bonnes prestations en ligue des champion avec Al Ahly de Tripoli. L’enfant du club revient alors sans conditions. On le voyait alors comme une roue de secour, une solution de rechange en attendant le retour de M’baraki… Mais les matchs passent et Sameh s’impose de plus en plus solide, généreux, courageux.. En 2018 lors de la finale de la C1 contre Al Ahly du Caire Derbali sort un match de folie il était par tout défense attaque, il délivre une passe décisif, la totale. Derbali entre alors dans un club très fermé celui des espérantistes qui ont remporté 2 CL et marque l’histoire de l’EST à jamais.

 

12- Moez Ben Cherifia 2010-

Moez Ben Cherifia n’a que 28 ans! 6 championnat, 2 coupe, 2 CL arabe et 2 champions league Africaine en tant que tutélaire on parle déjà d’un des joueurs les plus titré de l’histoire de l’EST. A 20 ans il remporte une CL comme tutélaire, en 2018 il été toujours là. Et ce n’est pas la concurrence qui va faire peur à l’enfant d’une grande lignée de gardien, Moez peut rester encore 7/8 ans et devenir encore plus grand. Peut être même une légende.

Moez Ben Chrifia

 

11-Kinneth Malitoli 1992-1996

En 1992 l’EST recrute le meilleurs attaquant Zambien de l’époque et il lui sauve la vie par la même occasion puisque il n’était pas dans le malheureux avion qui  a emporté la vie de la quasi totalité de ses coéquipiers en équipe nationale en 1993. Malitili ne tarde pas à s’imposer en EST et en Tunisie et fini meilleurs buteur en 92 et en 93. En 94 il forme avec Hamrouni le duo d’attaquant qui mène l’EST à remporter sa première CL. Malitoli été sans doute le meilleurs étranger ayant joué à l’EST  qui dominait Tunisie et Afrique dans les années 90.

 

11 bis- Le premier ONZE: 1919

En 1919 deux rêveurs un demi droit et un arrière droit, Mohamed Kallel et M’hamed Zouazi  créèrent ce que sera la plus grande équipe de l’histoire de la Tunisie. 100 ans 28 Championnats, 15 coupes, 3 super coupe de la Tunisie, 3 CL africaine, une super coupe d’Afrique, une coupe des coupes, une coupe de la CAF, une coupe Afro-Asiatique, des centaines d’internationaux, un ballon d’or d’Afrique plus tard nous venons leur rendre hommage à eux deux et leur neuf compagnons qui étés les premiers à jouer au nom d’un club 100 % Tunisien l’ESPERANCE SPORTIVE DE TUNIS:

  • Gardien de but : Habib Trabelsi
  • Arrière droit : M’hamed Zouaoui
  • Arrière gauche : Hassen Bouderballa
  • Demi-droit : Hédi Kallel
  • Demi-centre : Tahar Zouari
  • Demi-gauche : Othman Ben Soltane
  • Ailier droit : Hassine Bouderballa
  • Inter droit : Tahar Ben Labiedh
  • Avant centre : Mohamed Zouaoui
  • Inter gauche : Allal Gaiji
  • Ailier gauche : Hédi Ben Ammar

Espérance Sportive de Tunis

 

La suite

Pour plus de détails RDV sur notre Forum 

A propos Mustaz

Voir Aussi

EST

[EST] Les 50 joueurs qui ont écrit l’histoire de l’Espérance Sportive de Tunis: De 40 à 31

De 1919 à 2019, Cent ans d’histoire et de gloires. Le doyen des clubs Tunisiens …

Laisser un commentaire