Chat Tf Number 2

Les messages antérieurs au 01 juillet 2017 ont été déplacés dans le forum archive disponible dans le menu en haut de la page.
  • Quote

    mnin lik yé mac? non c'est un tunisien de toute façons ça va etre hebergé sur un domaine payant un recrutement de staff salarié sera annoncé .... ena bech notlob 4 mlayen chahrya 5ater forum milki wa laysa bicharaf a7ad



    c'est la mode en ce moment, les qataris klouha akhdher ou yebess, sinon oui normalement vous le staff actuel 3andkom hbout, normalement tet3mal concertation avant,


    Quote

    Mac fi9 w stafi9 y3aichek ma t7achamnech



    rit khouya azerty, khatfouh :(

  • <a href="http://www.alterinfo.net/La-rage-francaise-anti-islamique-en-Tunisie_a88613.html" title="External link">http://www.alterinfo...sie_a88613.html</a>


    La rage française anti-islamique en Tunisie





    N’en déplaise à ces messieurs, la génération des nostalgiques du bourguibisme va mourir, elle est déjà sénile, mais elle active quand même ses réseaux en France : hommes politiques, loges, et intellectuels, tous s’y mettent… Au Mali ce sont les balles et les bombes, pour la Tunisie ce sera la propagande médiatique et l’argent.



    Aïssam Aït-Yahya




    « … Dis : « Mourrez de votre rage » ; en vérité, Allah connaît fort bien le contenu des cœurs. » [1]



    Depuis plusieurs mois maintenant, la situation politique en Tunisie focalise l’attention des médias en France, des hommes politiques et de certains intellectuels, faussaires ou non.


    Reportage TV, Documentaires, des gros titres des plus gros quotidiens jusqu’aux dernières déclarations de Manuels Valls sur la montée du fascisme islamique [2], le ton, la lecture des événements sont exactement les mêmes partout, comme toujours quand l’Islam est en ligne de mire, le consensus français se forme autour de la nécessité de combattre le danger islamisto-salafiste qui guette la Tunisie, et le combattre exactement comme au Mali, sauf que ce sont juste les moyens et les formes du combat qui ne sont pas les mêmes.



    « Notre Tunisie, notre pauvre et chère Tunisie laïque, celle de Bourguiba le « combattant suprême » du modernisme français, celle de Ben Ali pour laquelle la France s’est grillée et dévoilée aux yeux de tous en voulant faire intervenir sa flicaille pour l’aider à rétablir l’ordre néo-colonial, et bien cette Tunisie-là semble agoniser en proie à la fureur islamique« .



    Comprenons bien ce que représente la Tunisie pour la France.



    La Tunisie est (était ?) l’enfant chérie de la France, car elle était avant tout l’élève modèle de la France, sa vitrine dans le Maghreb, dans le monde arabo-musulman, tout simplement parce que la Tunisie a bénéficié d’une colonisation elle-aussi modèle sur bien des plans. Bien plus que l’Algérie ou le Maroc dans tous les cas.



    L’Algérie fut un désastre, un immense gâchis pour la France.


    Une pénétration militaire en 1830, suivie d’une pacification barbare d’une sauvagerie inouïe : massacres, déportation de masse, enfumages collectifs, viols systématiques, expropriation des tribus, humiliations. Entre 1830 et 1871 (Répression de la révolte kabyle du cheikh Amokrane), un Algérien sur trois a été décimé…


    Certes, s’en suit après 1870, une paix française absolue, mais dans la pure ségrégation coloniale, la haine, le mépris, l’injustice totale. Ces rancœurs et injustice sont d’autant plus fortes et lourdement ressenties et attisées par le fait que l’Algérie est devenue une terre française donc une colonie de peuplement dans laquelle les Français possèdent tous les droits et les indigènes algériens, celui de courber l’échine.


    Indigènes algériens mais exclusivement musulmans puisque le lobbying juif des ancêtres du Crif avait réussi a accorder la nationalité française aux juifs algériens [3]. Tout ceci reviendra en pleine figure de la France, et débouchera sur un divorce total après 1962. Certes la France est restée 132 ans en Algérie (1830-1962), elle a eu le temps d’y semer son poison et d’éduquer moult générations d’acculturés, qui sont encore visibles aujourd’hui, mais la France a globalement échoué et réjouissons-nous donc de cet échec car cela aurait pu être pire en Algérie…



    Le Maroc aurait pu être un cas de colonisation aussi parfait que la Tunisie, mais le Maroc fut le dernier pays colonisé au Maghreb. Même si le traité d’Algésiras (n’) est signé (qu’) en 1911, le pays n’est pacifié totalement qu’à partir de 1933. La paix coloniale française, nécessaire pour avoir les résultats optimaux, ceux que les pères de la colonisation avaient souhaités, n’a donc durée au Maroc qu’à peine plus le temps d’une génération. Or 30 ans, ce n’est raisonnablement pas assez pour y voir se développer tous les fruits escomptés.



    Ainsi comparativement à l’Algérie et au Maroc, la Tunisie a donc cumulé tous les avantages.


    Le Traité du Bardo est signé dès 1881, début officiel du protectorat français et de la main-mise totale sur le pays.


    Cela donnera donc à la France très largement le temps d’y exceller en terme de colonisation (1881-1956).


    De plus les Français ne répéteront pas les erreurs algériennes en Tunisie dans la pacification militaire et en terme de brutalité dans le mode de colonisation.


    Certes, il y eut une résistance des musulmans notamment ceux du Sud (la ville de Sfax et sa région s’y sont particulièrement illustrés), mais les forces coloniales françaises auront l’intelligence d’impliquer politiquement et militairement le Bey de Tunis pour justement ne pas apparaitre comme des croisés étrangers envahisseurs (comme elle le fera, dans une autre mesure, pour mater la rébellion lors de la guerre du rif au Maroc, en y impliquant le sultan alaouite).


    Une fois ces escarmouches finies, avec bien sûr, son lot d’exécutions, de destructions, de pillages et de viols (mais anecdotiques comparés au cas algérien…), l’entreprise française a pu commencer dans un climat relativement apaisé.



    Il serait très long mais très intéressant de soulever le remarquable travail que les Français ont réalisé concernant la politique d’éducation en Tunisie. Car c’est ici qu’il faut se focaliser pour comprendre l’excellence de la colonisation française en Tunisie et le pourquoi de cette rancœur.


    Il y eut un investissement profond et durable dans l’ouverture d’écoles, collèges, lycées ou pensionnats pour garçons et filles en Tunisie : cela même avant le début officiel du protectorat. (voir l’histoire de l’Alliance française, de la Mission laïque dans ce pays)


    Celui-ci n’a permis qu’un véritable approfondissement de cette politique sournoise : éduquer le Tunisien et la Tunisienne de demain, les transformer selon les canons et le modèle français.


    Ainsi, c’est un véritable programme méthodique et minutieux d’acculturation sur plusieurs générations.


    Le rôle de la Franc-Maconnerie en Tunisie n’est même plus à démontrer [4] dans ce processus : au Maghreb, proportionnellement à la taille du pays et de sa population (relativement très modeste), il y eut certainement plus de Loges et de Maçons en Tunisie qu’en Algérie ou au Maroc.


    Dès lors la diffusion de la culture française et de ses valeurs en Tunisie fut extrêmement intense, et cela en profondeur, elle a eu le temps de germer, et même de s’y enraciner sans grande remise en question durant au moins 50 ans.


    Habib Bourguiba le père de la pseudo-indépendance tunisienne, était sûrement le meilleur élève de cette génération de colonisés. Il n’eut aucun équivalent au Maroc et dans le contexte très spécial de l’Algérie, seul Ferhat Abbas « jeune » aurait pu être un Bourguiba algérien, et encore, le parallèle est très incertain.



    Non, la Tunisie est un bel et bien un cas à part ; devenue « indépendante », sa république est fille de la France, l’ancienne mère-patrie est le modèle suprême, affiché et conscient de l’état tunisien, de ses dirigeants et de ses élites francisées.


    Alors que l’Algérie s’engageait, elle, dans la revanche anti-impérialiste du tiers-mondisme socialiste et que le Maroc lui, ne pouvait pas renier le traditionnel conservatisme musulman de sa société pour adopter officiellement et radicalement un modèle laïque, puisque son chef d’état, Roi et « Amir al mouminine » voyait son autorité reposer sur une prétention de légitimité islamique.



    Durant ces cinquante dernières années, Bourguiba et Ben Ali se sont attachés à délier une par une les mailles de l’Islam au sein de la société tunisienne, via les thèses occidentalistes françaises telle l’émancipation de la femme, la modernité, la laïcité. Le modèle de développement appliqué par la Tunisie était le modèle que cette élite tunisienne avait très longuement et méthodiquement appris dans les institutions françaises (pendant que la Zitouna, célèbre université islamique était massacrée -intellectuellement parlant- pour ne servir plus qu’à décorer les cartes postales).


    Dès les premiers jours après la révolution, dite de Jasmin, l’espace de liberté nouvellement établi, permit de rétablir la liberté de revenir à l’Islam. Cet Islam que certains en France avait cru exterminer, revient en force et de plus belle. Déjà la victoire des islamistes pourtant « démocrates » avait infligé une gifle à la France, dernier pays européen à saluer la victoire d’An Nahda, comme c’est de coutume.


    Les attitudes françaises face à ce retournement de situation est absolument risible, on entend partout que « le beau printemps arabe, cette belle révolution de Jasmin, pour la Liberté, la Démocratie, les Droits de l’Homme du peuple tunisien s’est transformé en Hiver islamiste !!!!! ». Jamais aveuglement plus sectaire ne s’est fait voir ailleurs qu’en France. Ne voulant pas admettre que c’est justement plus de liberté qui amènera plus d’Islam, plus de libération des esprits amènera plus de soumission à l’Islam. La prédication islamique régénérée ne connaissant plus d’entrave artificielle, policière et judiciaire, connait une propagation fulgurante, car désormais en Tunisie c’est idée contre idée, arguments contre arguments, dogme contre dogme, religion contre religion, et que les meilleurs gagnent !


    Les forces de la »francitude » en Tunisie, les partisans de la laïcité et des valeurs sociopolitiques d’origine extra-musulmanes savent très bien, que dans ces conditions-là, devant la majorité du peuple tunisien, ils ne peuvent pas gagner, et ne pourront pas gagner.


    En France, les néo-colonisateurs, ceux qui financent abondamment les partis politique gauchistes (et ainsi que leurs radios et chaînes de TV), démocrates et/ou libéraux le savent aussi. D’ailleurs c’est pourquoi la grande majorité de cette élite française médiatico-politique, de Gauche ou de Droite, et même des extrêmes à un autre, ont toujours soutenu les régimes arabes contre l’Islam.



    C’est pourquoi toutes leurs stratégies consistent à faire basculer les « salafistes/islamistes » dans la violence afin de mettre un terme à la récréation, la diabolisation ne suffit plus, il faut des actes désormais. Le meurtre du misérable Chokri Belaïd, un moins que rien représentant moins que rien en Tunisie participe de cela. Servant désormais à devenir l’icône symbolique de la violence »islamiste ».


    Il ne s’agit pas là de théorie du complot, même s’il est très facile pour les professionnels de la manipulation au sein des services du ministère de l’intérieur (toujours benaliste), d’infiltrer et de manipuler des jeunes zélés, alors même que les imams et chouyoukh qualifiés de « salafistes », tel Khamiss al Mejri, Abou Iyad ou Khatib al Idrissi (pour ne citer qu’eux) ne cessent de rappeler que toutes actions violentes et armées en Tunisie étaient absolument inappropriées. Montrant encore une fois, qu’ils sont loin d’être des idiots et savent ce qui se trame contre eux.


    Telle est la stratégie française : diaboliser à outrance afin de limiter l’impact des revendications politiques et sociétales que les mouvements islamiques portent en leur sein, manipuler sa propre opinion publique sur le danger qu’ils représentent et activer sa propagande envers les populations musulmanes afin de les maintenir sous leurs dominations néo-impérialistes. C’est donc toujours cette même et unique stratégie : on ne cherche pas à comprendre ces revendications car on sait qu’elles vont finir par remettre tout à sa place (et donc la France chez elle), en appelant un chat un chat.


    La seule et malheureusement tactique niveau « bac à sable » est donc de les décrédibiliser par tous les moyens.



    Le temps joue contre ces gauchistes et leurs affiliés français, la ré-islamisation de la Tunisie est fulgurante, le voile à Tunis, ville-vitrine de la modernité occidentalisante tunisienne, est un marqueur du changement. Ceux qui avaient visité celle-ci du temps du benalisme triomphant et ceux qui y sont revenus notent ostensiblement la différence.


    Là, est la rancœur française, comment est-il possible d’avoir un tel retournement de situation en si peu de temps… Tout ne fut que chimère, illusion ou plutôt amer aveuglement sur la réalité ?


    Car malgré 50 ans de colonisation modèle, plus 50 années d’imposition radicale de son modèle : la jeunesse tunisienne se reconvertit massivement à l’Islam.


    Rappelons-nous simplement des reportages sur la Tunisie d’il y a à peine trois ans, pays de liberté sous le soleil, tigre économique, liberté pour les femmes… La Tunisie sans Hijab était même citée en exemple pour cautionner l’interdiction du foulard des musulmanes dans les établissements publics en 2004…


    Le ton français sur la Tunisie était d’un angélisme à faire sourire le tyran de Carthage.


    En à peine plus d’un an, machine arrière toute ! On ne compte plus les reportages sur le danger islamiste et rétrograde en Tunisie.


    Cela a le mérite, au moins, de montrer l’état de nervosité extrême des élites politico-intellectuelles françaises pour ce pays : si un pays tel que la Tunisie, ayant subit un modèle de colonisation proche de la perfection et une dictature laïque pro-française qui a imposé avec tant de rigueur les vues de l’universalisme français, peut en arriver là, qu’est-ce que pourraient être alors l’Algérie ou le Maroc, qui possèdent des couches sociales encore imperméables à tout ceci ?



    N’en déplaise à ces messieurs, la génération des nostalgiques du bourguibisme va mourir, elle est déjà sénile, mais elle active quand même ses réseaux en France, hommes politiques, loges, et intellectuels, tous s’y mettent… Au Mali ce sont les balles et les bombes [5], pour la Tunisie ce sera la propagande médiatique et l’argent.


    Mais encore une fois, le simple garçon de café ou chauffeur de Taxi est averti et n’est pas dupe des activités souterraines françaises en Tunisie.


    Aveuglement encore, car la poussée musulmane pour eux ne peut pas être endogène à leur Tunisie fantasmée, elle est souvent décrite comme artificiellement gonflée par l’activisme anarchique du Qatar, qui n’a pourtant ni plan, ni vision, mais juste des milliards à injecter partout, pour faire exister ce minuscule grain de beauté sur le visage du monde…



    Cynisme putride français, le Qatar pays arabe musulman sunnite n’a pas le droit d’intervenir dans le monde musulman mais la France occidentale, post-chrétienne et laïque y a le droit, elle !!!!


    Les fous osent tout, c’est à cela qu’on les reconnait disait je-ne-sais-plus-qui : mais la pathologie de la France est bien pire, elle en arrive à croire que sa folie est plutôt le déni de la réalité des autres.


    La politique américaine en Tunisie , quant à elle (tout aussi dangereuse) relève du Génie à côté…


    D’ailleurs ce n’est pas pour rien que l’administration US a laissé filtrer une mise en garde américaine inédite contre l’ingérence française.


    Tout ceci fait dire à Ghannouchi l’islamo-démocrate que la France est »le pays qui comprend le moins l’islam et les Tunisiens ». Bien au contraire, la France a toujours très bien tout compris, et c’est parce qu’elle a tout compris et qu’elle est ce qu’elle est, qu’elle réagira toujours de la même manière envers l’Islam et les musulmans. Et c’est la raison de son insatisfaction hystérique devant la situation tunisienne.



    Encore une fois, tout est question de temps, la situation d’impasse et d’instabilité ne satisfait en réalité personne mais surtout pas ceux qui ont déjà perdu gros depuis la chute de Ben Ali, c’est-à-dire la France et ses vrais affiliés.


    Car il est amusant de voir que même ceux qui s’attachent en apparence à ce modèle moderne »tunisien » francisé, le font par grande ignorance, par mimétisme, par absence totale de réflexion. Et que si on déconstruit méthodiquement toutes leurs fausses certitudes, ils finissent par admettre très rapidement qu’ils ont été victimes d’acculturation néocoloniale les obligeant à adopter certaines valeurs, idées et postures et non d’autres. Ils finissent par admettre leur schizophrénie et ils finissent par admettre que le peuple musulman tunisien doit retrouver sa véritable et absolue indépendance, par un grand travail de refondation historique et culturel.


    Il est évident qu’il reste une minorité d’intransigeants, de perdus, qui ne veulent pas et ne voudront pas d’Islam, ni comme modèle, ni comme valeur, et encore moins lui conférer un quelconque rôle politique à jouer dans le futur de la Tunisie, autre que celui du pur folklore à touristes…



    Combien sont-ils ces ennemis de l’Islam en Tunisie ?


    Ni plus ni moins qu’ailleurs dans le monde arabo-musulman, vraisemblablement un noyau dur d’irrécupérables d’à peine 10% de la population à tout casser : et encore c’est être très pessimiste.


    L’extrême majorité de cette population a besoin de cet espace de liberté, de dialogue, de contradiction, d’échanges (en un mot : de da’wa) dans lequel l’Islam a tout y à gagner : car dogmatiquement, idéologiquement, historiquement et culturellement, s’il est défendu et présenté comme il se doit, absolument rien ne peut vaincre sa pertinence dans l’esprit du musulman sincère dans sa foi.


    C’est de cette manière et avec ce traitement que les cellules cancéreuses de l’hypocrisie qui sont dans le corps de la Oumma et alimentées par les microbes étrangers seront laminées.



    « ils veulent éteindre de leurs bouches la lumière d’Allah, alors qu’Allah parachèvera Sa lumière en dépit de la haine des mécréants. »[6]




    [1] Coran : sourate Al-Imran, verset 119



    [2] <a href="http://www.francetvinfo.fr/video-il-y-a-un-fascisme-islamiste-qui-monte-un-peu-partout-selon-valls_219713.html" title="External link">http://www.francetvi...lls_219713.html</a>



    [3] <a href="http://fr.wikipedia.org/wiki/D%C3%A9cret_Cr%C3%A9mieux" title="External link">http://fr.wikipedia....t_Cr%C3%A9mieux</a>



    [4] <a href="http://archives-lepost.huffingtonpost.fr/article/2011/01/15/2371603_la-franc-maconnerie-en-tunisie.html" title="External link">http://archives-lepo...en-tunisie.html</a>



    [5] <a href="http://www.ana-muslim.org/le-moindre-mal-lance-sa-croisade-sur-le-nord-mali-des-silences-qui-en-disent-long/" title="External link">http://www.ana-musli...en-disent-long/</a>



    [6] Coran : sourate As-Saff, verset 8
    <a href="http://www.ana-muslim.org/la-rage-francaise-anti-islamique-en-tunisie/" title="External link">http://www.ana-musli...que-en-tunisie/</a>

  • @ trouka

    c 'est un article , que j 'es poste apres chacun peut se faire son idée , mais il y a quand meme beaucoup de vrai dans l 'article, apres a toi de te faire ta conclusion, c 'est un peu long mais interessant , mais au final hier c 'etait la france aujourdui c 'est ksa et qatar :D on a eu la peste (hizb franssa) maintenant on a le cholera (qatar et ksa) faites votre choix -_-

  • Quote

    7izb frança khir mil jboura el khomméj et les pédophiles

    sabah el kheir Trouka et en 50ans on a gagne quoi avec hzib franssa ,que Michele aliot Marie propose les crs français pour maintenir l 'ordre ,on a gagne quoi une darga tunisienne qui depuis 10ans c 'est françisé d'une façon fulgurante ,est ce que touness est un pays devellope non, etait on un pays sous tutellle française oui ,crois moi avec hizb franssa on a strijement rien gagne en 50ans ,ta qua regarder le retournement de veste des medias français envers la tunisie,et encore pire quand ghannouchi a dit quon devait abandonner le français pour l anglais ,la encore pire .


    Maintenant c est le maroc qui est le nouveau chouchou de hizb franssa apparament tout va bien au maroc ,alors que ce pays baigne dans la misere noire ,le maroc est devenue la nouvelle propriete de hizb franssa ,ceci dit les gaulois n 'on pas perdu tous leurs relais fi touness

  • De toute façon on n'a ni besoin du Qatar, ni besoin des USA ni de l’Europe pour se développer, mais d'un veritable gouvernement qui aura du courage pour nettoyer le pays et mettre en place des reformes dont on a besoin!! et bien entendu on a besoin d'un Cha3b intelligent, civilisé, patient :) mais hélas on n'a ni l'un ni l'autre!! donc forcement, on va mendier auprès de ces pays en échange d'une partie de notre souveraineté.

    Après je ne suis pas d'accord avec l'idéologie de cet algériens (l'auteur) connu et reconnu comme wahabiste, et qui voit le mal partout sauf dans son khalij chérie au main des sionistes , et pas d'accord avec ton analyse aigletaraji, tu dis que la france nous a rien apporter, et bien tu te trompes ;) ya certaine chose que Fransa nous a laisser et qui sont des choses positives

    Notre système de santé à la française, certes ce n'est pas le meilleurs système, mais au moins les personne qui ont cotisé, recoivent des soins correcte sans avoir à déboursé des milliers de dinar (va au Khalij et tu verras que les pauvres n'ont pas la chance d'avoir le CNSS)

    l'éducation à la française: tu crois que c'est par hasard que l'on a un des meilleurs, si ce n'est le meilleur, système d'éducation gratuit au Maghreb, en Afrique et même dans le monde arabe (car là bas c'est surtout du privé)

    On avait un bon réseau routier, et un bon système de refoulement des eaux que les français nous ont installé, et que nos ingénieurs civiles ont détruit!! parce qu'à une époque, les centres ville des grande ville n'étaient pas inondé dès qu'il y avait un orage, et nos routes étaient plutôt solide (d'ailleurs yen a encore qui ont été construite par fransa, et qui sont à ce jour en bonne état (50 ans déjà) alors que les routes faites et refaites par nos municipalités, ne tiennent même pas 2 mois avant que des trous n'apparaissent.

    mais hélas l'arabe restera toujours un arabe, et ce comportera toujours comme un arabe même dans la société la plus évolué: détruire, salir, corrompre, coléreux, anarchique, jamais content....

    Je me dis de plus en plus souvent que Pour que tounès s'en sorte, il faudra sacrifié une génération et éduqué la nouvelle pour que celle ci comprennent ce que veut dire la liberté, la patience, le travail, le respect des règles et d'autrui. car avec les sauvages que l'on a dans les rues, et dans notre gouvernement, on va enclencher la marche arrière pour revenir au moyen age si on continue.

  • Quote

    Mais encore une fois, le simple garçon de café ou chauffeur de Taxi est averti et n’est pas dupe des activités souterraines françaises en Tunisie.

    Aveuglement encore, car la poussée musulmane pour eux ne peut pas être endogène à leur Tunisie fantasmée, elle est souvent décrite comme artificiellement gonflée par l’activisme anarchique du Qatar, qui n’a pourtant ni plan, ni vision, mais juste des milliards à injecter partout, pour faire exister ce minuscule grain de beauté sur le visage du monde…
    Cynisme putride français, le Qatar pays arabe musulman sunnite n’a pas le droit d’intervenir dans le monde musulman mais la France occidentale, post-chrétienne et laïque y a le droit, elle !!!!




    voilà les seuls passage parlant du Qatar et je ne vois aucune mention qu'ils sont à la solde des ricains et des sioniste, et au contraire, il défend le qatar et ses intervention et veut démentir les légendes urbaines qui ont cours en Tunisie ;)

    Et de toute façon cette personne est connu pour ses prises de position contre la France, l'europe et les régimes maghrebin et son appartenance au wahabisme.
    Je dis pas que tout ce qu'il dit c'est des conneries, au contraire, certaines de ses analyses sont intéressante, mais dès fois ils dépasse les borne



    voilà un exemple d'un des ses article, http://www.ana-muslim.org/de-l…onalite-aissam-ait-yahya/
    un article intéressant mais qui contient beaucoup de haine dans certains passages.

    Quote

    <blockquote class="ipsBlockquote">

    Dès lors : essayons de brûler d’abord et avant tout les drapeaux du Maghreb, car c’est ce signal, ce symbole qui sont les seuls à avoir de la pertinence aujourd’hui et qui montreront la force et la maturité de la conscience politique islamique des nouvelles générations de musulmans…

    </blockquote>

    Voilà une partie du compte rendu de son texte

    -

    Quote

    Ayez un œil de stratège à l'egard de l'autre rive de la Méditerranée ,car c'est là bas ou se jouera la grande partition.
    -Œuvrez en tacticien dans le sol ennemi , ne ratant aucune occasion pour imposer notre identité et défendre nos droits comme tout le monde .
    -Périsse soit -elle toute forme d'idolâtrie : L' amour symbolique des drapeaux Maghrébins qui affectent la conscience islamique
    -Périsse soient -elles avant la république française , les républiques: Tunisienne, marocaine et algérienne.



    un discours de haines rien que ça!!!

    et une version audio d'une ITW
    http://www.youtube.com/watch?feature=player_embedded&v=iWNpk9goqbU

    donc qu'il soit algérien ou marocain, on s'en fou, mais ce genre de parole peuvent être lourde de conséquence et ça il s'en rend pas compte!