Actu Joueurs , Entraineurs

Les messages antérieurs au 01 juillet 2017 ont été déplacés dans le forum archive disponible dans le menu en haut de la page.
  • L'Uruguayen Sebastian Abreu signe dans son 26e club et entre dans le livre des records



    En s'engageant pour la formation de l'Audax Italiano, l'attaquant uruguayen Sebastian Abreu a signé dans son 26e club, entrant ainsi dans le livre des records.



    Sebastian Abreu à la lutte avec Karim Benzema. (N.Luttiau/L'Equipe)


    Certains footballeurs sont célèbres pour avoir passé plusieurs décennies dans le même club. L'international uruguayen Sebastian Abreu a fait tout le contraire : en s'engageant mercredi pour la formation chilienne de l'Audax Italiano, l'attaquant surnommé «El Loco» a rejoint la 26e équipe de sa carrière, signant un nouveau record dans le monde du foot.

    862416

    Pensionnaire de la première division chilienne, son nouveau club n'a pas manqué de souligner le record de ce pélerin du foot, au moment d'officialiser la signature du buteur de 41 ans : «L'attaquant uruguayen bat ainsi le ''record Guinness'' du joueur qui a défendu les couleurs du plus grand nombre de clubs dans l'histoire du football.»


    L'Urugayen a réagi sur Twitter en promettant de viser avec son 26e club «le Championnat, la Coupe du Chili et la Sudamericana».





    Cet attaquant excentrique, grand spécialiste des buts de la tête et qui totalise plus de 70 sélections avec l'Uruguay, jouait jusqu'à présent au Puerto Montt Sports, club de deuxième division chilienne, avec lequel il a marqué 11 buts en quelques mois. Sa signature avec cette formation - sa 25e - lui avait permis d'égaler le record détenu par le gardien allemand Lutz Pfannenstiel (44 ans), retraité.


    Passé par des clubs en Uruguay, Argentine, Espagne, Grèce, Israël, au Brésil, Mexique, Paraguay, Equateur, Salvador et au Chili, Abreu aura connu le sommet de sa carrière lors de la Coupe du monde 2010 en Afrique du Sud - son second Mondial après 2002 -, lorsqu'il marqua d'une Panenka le tir au but victorieux lors du quart de finale contre le Ghana, qualifiant l'Uruguay pour les demi-finales.




    https://www.lequipe.fr/Footbal…-livre-des-records/862416

  • sport1-5-750x400.jpg

    [Info Paris U] Luis Enrique s’empare de la pôle position.


    Ça bouge dans la course qui couronnera le choix du futur entraineur. Depuis des jours, lobbyings et autres propagandes des uns et des autres, en faveur de son candidat favori, battent leur plein au sein de Paris Saint Germain.




    Comme évoqué précédemment, que ce soit à la direction ou dans le vestiaire, chacun a une envie, une préférence, un avis, mais certaines voix comptent plus que d’autres. Sans surprise celle des Brésiliens, et de leur chef de file, Neymar Jr, reçoit attention et écho du côté de la direction.


    Desiderata sans bla-bla




    Le déplacement au Brésil, de Nasser Al-Khelaïfi, accompagné de son directeur sportif, a ainsi été le théâtre d’échanges privilégiés avec la star du projet parisien. Les débats se sont focalisés sur plusieurs noms dont deux plus particulièrement : Antonio Conte et Luis Enrique. Le numéro dix parisien n’y est pas allé par quatre chemin. Un, il ne s’est pas privé de faire savoir qu’il n’était pas fan du football prôné par Antonio Conte. La rencontre entre les représentants du coach italien et la direction parisienne qui s’était avérée positive, restera donc probablement lettre morte devant ce qui s’apparente à un veto. Deux, il a affirmé sa préférence, à savoir Luis Enrique. L’attaquant a été très clair : il faut que le nécessaire soit fait pour finaliser sa venue.


    En piste Pini




    Et quand Neymar veut, le bon génie s’appelle Pini Zahavi. Celui-ci est une nouvelle fois au cœur de l’action pour mettre tout le monde d’accord. Ainsi les choses prennent donc une tournure qui est de nature à faire abdiquer le reste du vestiaire qui sait le poids énorme de la voix du Brésilien et de ses compatriotes. Même s’il existe, un son de cloche auriverde dissonant puisque Thiago Silva continue à préférer Carlo Ancelotti. Au final, plus que le nom de l’entraîneur, ce qui compte pour Paris, c’est de mettre sa star dans les meilleures dispositions pour la future campagne européenne. La seule qui compte. La seule qui vaille. Celle pour laquelle il est venu.

  • Franchement je ne penses pas qu' Enrique soit le bon choix pour le PSG surtout vu leurs ambitions.


    Il faut un profil plutôt Carlo Ancelotti.


    Enrique c'est plus pour faire plaisir a Neymar and co. En clair Neymar c'est toi le chef, fais ce que tu veux, t’entraîne pas, la tactique on s'en fout.

  • IMG-20180324-WA0003-735x400.jpg

    [Info Paris U] Un invité surprise.


    Décidément le dossier de l’entraîneur est plein de rebondissements. Bien malin qui peut dire aujourd’hui qui prendra place sur le banc parisien la saison prochaine. Les jours se suivent et ne se ressemblent pas.


    Une pole position n’a jamais fait gagner une course. C’est ce que l’on peut dire concernant le poste de futur coach du Paris Saint-Germain. En effet, alors que plusieurs noms ont été cités à juste titre comme favoris à la succession d’Unai Emery, on assiste à l’apparition d’un entraîneur que personne n’avait vu venir : Sergio Conceição.

    Pas sans conditions


    Malgré la lourde défaite à domicile contre Liverpool, rapidement oubliée car le club portugais n’est pas logé médiatiquement à la même enseigne que le club parisien, Doha a d’ores et déjà validé ce choix qui lui a été proposé. Les qataris ont toutefois soumis certaines conditions à sa venue. L’ancien nantais doit par exemple soigner son image.


    Sergio Conceição peut donc rafler la mise alors que personne ne l’attendait. Mais on a pu voir dans ce dossier que la vérité d’un jour n’est pas forcément celle du lendemain. Toutefois, voilà un candidat très crédible de plus en lice. On sera donc attentif à l’évolution de ce dossier dans les prochaines semaines.

  • pasted-from-clipboard.png

    Olaf Meinking, l’homme clé de Thomas Tuchel.




    Le cas Thomas Tuchel est le serpent de mer médiatique depuis une semaine, avec des informations parfois contradictoires mais aussi quelques vérités diffusées notamment ces dernières 24h par le service de presse du Paris Saint-Germain. Flashback sur une stratégie médiatique.


    À la surprise générale, la semaine dernière Bild annonçait que le Bayern Munich refusait de le voir venir, et évoquait son désir de Paris comme sa recherche d’un adjoint pour l’y accompagner. Kicker envoyait lui l’ancien coach du BVB, du côté d’Arsenal, d’où son « nein » au champion allemand. Il n’en fallait pas tant pour lancer les spéculations inhérentes à tout mercato. Ça fait partie du jeu, mais essayons d’y voir plus clair.


    Mais qui a donc refusé qui ?

    C’est le coach qui a décliné la succession de Jupp Heynckes du côté de Munich. Alors même que son nom faisait l’unanimité au sein du club bavarois. Le natif de Krumbach avait pourtant reçu la validation conjointe de Uli Hoeness et Karl-Heinz Rummenigge, ce qui est suffisamment rare pour être relevé. La question est : pourquoi ce refus, alors qu’il est de notoriété publique qu’il était candidat au poste et en contact depuis des mois. Et l’une des réponses est qu’il y a eu entre le club et Thomas Tuchel des désaccords jugés irréconciliables par ce dernier sur les joueurs dont il souhaitait disposer.


    Celui qui en premier a fait courir ce bruit qu’il signerait à Paris, n’est autre que Olaf Meinking. Cet avocat spécialisé est également le manager de personnalités allemandes du monde de la musique, de la télévision et du sport, en la personne de Thomas Tuchel. Meinking est aussi pour son protégé un coach mental, donc quelqu’un de très proche dont l’avis prévaut pour le candidat à la succession d’Unai Emery. Son poulain prend d’ailleurs des cours particuliers de français. Là encore, pourquoi est la bonne question. En réalité, les premiers contacts entre Paris et l’entourage du coach datent de novembre et proviennent directement de Doha. Il semblerait que ce soit un membre de la fédération qatarie qui en soit l’auteur. Le nom de l’entraîneur allemand n’est pas sorti de nulle part dans la capitale de l’état gazier. C’est Xavi en personne qui l’a soufflé aux instances. La parole de l’ancien barcelonais y reçoit une grande attention, d’autant qu’ils le verraient bien un jour devenir coach de Paris. Le deal à peine avorté avec le Bayern, le plan B est lancé, par Meinking.


    Pour autant si les négociations avec Paris sont réelles avec un contrat de deux ans à la clé, et si Christian Wörns est évoqué pour y être son adjoint, cela n’exclut pas les contacts avec Chelsea. Et on l’a vu il s’en faut d’un rien pour faire capoter des tractations pourtant rondement menées depuis des semaines

    L’initiative de Doha pose un certain nombre de questions


    La première est qu’en est-il des pleins pouvoirs sportifs d’Antero Henrique ? Une chose est sûre, le directeur sportif n’a jamais évoqué avec son entourage ce nom comme celui d’un candidat potentiel. Sa marque de fabrique étant de ramener des hommes à lui. On se souvient que l’an dernier il avait mis sa démission dans la balance pour bloquer le transfert de Pierre-Emerick Aubameyang dont il ne voulait pas. Reste à savoir ce qu’il pense de Thomas Tuchel. Doha lui demande de négocier, il ne peut donc s’y soustraire. Néanmoins l’allemand est connu pour donner sa chance aux jeunes, cela n’est pas pour déplaire à Antero Henrique qui avait placé cette qualité parmi les critères les plus importants dans sa recherche du profil idéal.


    Autre question, comment vont être gérées les garanties données à Neymar et son clan par Nasser et Antero Henrique, lors de leur déplacement au Brésil ? Le Brésilien a déjà fait part à Marquinhos de son mécontentement. Il faut savoir que Ney et son ancien coach Luis Enrique sont en contact. Il pourrait donc véritablement prendre ombrage d’un nouveau refus, vu qu’aucun de ses desideratas n’a trouvé satisfaction depuis son arrivée. Est-ce donc pour cela que Jean-Martial Ribes a demandé au service de presse de faire fuiter l’info sur le coach allemand, aux trois grands médias sportifs, à des fins de préparer le terrain ?

    Seule certitude, le cas Tuchel en particulier et celui du futur entraîneur parisien en général n’ont pas fini de revenir dans l’actualité médiatique du Paris Saint-Germain. Mais il est bon de garder à l’esprit que tout ceci est un jeu de pouvoir, d’influence, de manœuvres. Aussi tous les sons de cloches révèlent un fond de vérité. Celle d’un jour n’étant pas celle de toujours tant que rien n’est signé. Nous l’avons dit, et nous le redirons, une pôle n’a jamais garanti de remporter la course, pas plus que de prendre la tête tant que le drapeau à damier n’est pas agité. À suivre.

  • Arsene-Wenger-Wallpapers-HD-750x400.jpg

    Wenger quitte Arsenal … pour Paris ?




    Révolution, acte 2 ? Doha reprend les choses en main. Et comme souvent avec l’Émir, qui avait décidé de l’éviction de Laurent Blanc en 2016 suite à l’élimination face à City, l’opération se fait avec fracas. Nous expliquerons en détail dans les prochains jours comment le Qatar est en train de réorganiser le Paris Saint-Germain, après une succession d’échecs en Ligue des champions qui le fatiguent.




    Le souverain en personne a décidé de serrer la vis. De fait, tout le monde au PSG est potentiellement en danger. Notamment Antero Henrique, qui s’entend de moins en moins avec la partie qatarienne du club (Nasser Al-Khelaïfi , Jean Martial Ribes), ce qui explique, non seulement les luttes intestines actuellement en vigueur au club mais aussi leur intensité. Le directeur sportif portugais, qui avait pourtant obtenu les pleins pouvoirs sportifs de Doha l’été dernier, n’arrive pas à obtenir gain de cause sur le dossier du futur coach parisien. Son pouvoir d’influence diminue de jour en jour. S’il a confié à plusieurs reprises qu’il ne resterait pas éternellement au Paris Saint-Germain, il n’a jamais non plus cacher son attirance pour l’Eldorado chinois et ses promesses de richesse. Ainsi, l’ex-portista pourrait ne pas durer à Paris, alors qu’un nom revient sur le devant de la scène : Arsène Wenger.


    Cible éternelle


    Fantasme absolu et cible prioritaire de Doha depuis la reprise du club (2011), l’Alsacien a toujours fait l’unanimité auprès de l’Emir et ses plus proches conseillers. Or, 22 ans après son arrivée à la tête d’Arsenal, Wenger vient d’annoncer son départ du club londonien, à 68 ans, après ce long règne. « Après sérieuses considérations et des discussions avec le club, je sens que c’est le bon moment pour moi de prendre du recul à la fin de la saison. Je suis reconnaissant d’avoir eu le privilège de servir le club pendant de si nombreuses et mémorables années. J’ai dirigé le club avec un engagement total et avec intégrité. Je veux remercier le staff, les joueurs, la direction et les fans qui rendent ce club spécial. J’appelle nos fans à être derrière l’équipe pour bien finir la saison. À tous les amoureux d’Arsenal qui chérissent les valeurs du club. Mon amour et mon soutien éternels », explique le Français via un communiqué publié sur le site officiel des Gunners, ce vendredi matin. Un timing qui va dans le sens d’une possible arrivée au Paris Saint-Germain, qui essaye chaque année d’attirer Wenger.


    Vers un rôle de manager général


    Si son arrivée n’est pas actée, nous pouvons cependant affirmer que des bruits persistants indiquent que le recrutement de Wenger à Paris en tant que manager général du club, est dans les cartons de Doha depuis quelque temps. Cette idée a ressurgi dernièrement au gré de la restructuration envisagée, et semble plus que jamais une évidence aux yeux du board qatarien. Signe que des tractations sont en cours, la présence de son avocat dans la capitale parisienne, ce jeudi. Ce qui impliquerait la révocation d’Antero Henrique. L’ officialisation, du départ de l’ancien consultant de TF1, ce jour, tendrait à confirmer cette piste, qui revient dans l’état-major du club depuis des semaines. « J’ai toujours été proche du PSG, j’ai toujours supporté le PSG », disait l’Alsacien au mois de mars dernier sur beIN Sports, quand on l’interrogeait sur le club de la capitale. Il avait d’ailleurs jouer les conseillers de l’ombre, lors de la présidence de son grand ami Charles Villeneuve. Nasser Al-Khelaifi a connu Arsène Wenger à Al-Jazeera Sport, via Sophie Jordan, son avocate française, et Serge Kotchounian, l’agent d’image de l’entraîneur français.


    Entre les deux hommes existe un lien d’amitié, bien qu’ils ne soient pas de la même génération. Cette complicité, entre deux personnalités qui aiment échanger dès que l’occasion s’y prête, date des années 2000, alors que Nasser Al-Khelaïfi pas encore président du Paris Saint-Germain. Par la suite, devenu alors le boss du club de la Ville Lumière, le Qatarien a tenté à plusieurs reprises d’attirer l’ancien monégasque à Paris. Sans succès. Attaché à Arsenal, Wenger a toujours rejeté jusqu’ici les offres parisiennes, alors que la politique de recrutement du club londonien est aux antipodes de celles du PSG. Si son arrivée devait s’effectuer dans les prochaines semaines, le Français occuperait alors le rôle de manager général du club, et non pas celui d’entraîneur. Thomas Tuchel, qui a un accord avec Doha, occuperait alors le banc du club de la capitale.


    Un an après le mercato estival faramineux du club, le Paris Saint-Germain changerait de nouveau de direction, et les pouvoirs sportifs seraient occupés par le binôme Tuchel-Wenger. Deux hommes passionnés par la stratégie, qui possèdent en commun une vision très scientifique du football. Rien n’étant pleinement finalisé, ni pour l’un, ni pour l’autre puisque des contacts existent entre Thomas Tuchel et Arsenal, à suivre.

  • Je crois qu'à DOHA ils n'arriveront jamais a apprendre de leurs erreurs au lieu de tabler sur la stabilité ils continuent ce jeu du changement toutes les saisons.


    Ils auront bon changer d’entraîneur, de directeur sportif tant qu'ils ne font pas le vrai ménage dans le club en mettant des personnes qui s'investiront dans le projet de Paris, le reste ne sert a rien.

  • Emery

    Emery officialise son départ du PSG

    L’entraîneur parisien Unai Emery était en conférence de presse à 48 heures de la rencontre face à l’En Avant Guingamp dans le cadre de la 35e journée de la Ligue 1. Le Basque a annoncé son départ en accord avec les dirigeants.


    « Je viens de communiquer à mes joueurs que nous avons eu une réunion avec le président et Antero et nous avons décidé de ne pas continuer ensemble après la saison. Je remercie le président, le club, les joueurs, les supporters, vous, pour ces deux années ici. Il reste cinq matches, dont une finale. J’ai parlé aux joueurs pour finir avec un esprit compétitif. Nous avons eu un dîner entre trois amis, nous avons décidé que c’était le meilleur. Je veux partir avec cet esprit. Avec ce respect. Une impatience des dirigeants ? Nous avons parlé de beaucoup de choses. Je crois en ce projet. L’objectif premier c’est la Champions League. Il faut d’abord être fort en France. Il y a un processus, il faut être patient. Pour gagner la C1, il faut la séduire petit à petit. Des regrets ? Je suis très content, entraîner ici a été une expérience. L’équipe, à partir de janvier 2017, a progressé. J’ai progressé aussi. L’élimination contre Barcelone a été difficile. Cette saison a été bonne. Il manque la Coupe de France. C’est vrai aussi que nous avons été éliminés par le Real Madrid. Mais ce sont peut-être les meilleurs d’Europe. Ils peuvent gagner une troisième fois la compétition. Je suis sûr que le PSG est mieux préparé pour la prochaine Champions League. J’ai dit à Antero qu’il fallait de la patience. Mon futur, je verrai ce qu’il y a de mieux, avec mes proches. Conseiller le prochain coach ? Je suis disponible s’il le faut. Le projet est solide ici, c’est un grand club. Un conseil à Neymar ? C’est sa première saison ici, c’est normal qu’il lui faille du temps. Il peut réaliser ici tous ses objectifs individuels, être le meilleur du monde. Je crois en lui et au PSG. Pourquoi avoir quitté le 4-2-3-1 ? Dans ma carrière, j’ai joué avec différents systèmes ! Pour moi, le plus important, c’est de s’adapter aux joueurs. »

  • thomas-tuchel-un-entraineur-intransigeant_223629-750x400.jpg

    Le jeu dangereux du PSG.




    Le départ d’Unai Emery a donc été officialisé hier. Après l’avoir annoncé aux joueurs, le technicien espagnol a été applaudi et certains d’entre eux sont allés le voir pour le remercier et lui glisser quelques mots. Une page se tourne.




    Le titre de champion de France en poche, le Paris Saint-Germain peut donc se projeter sur la saison prochaine et poser les premières pierres de sa reconstruction, même s’il reste encore une finale de coupe de France à ne pas négliger. Mais là où beaucoup pensent que tout est ficelé pour une arrivée de Tuchel, la réalité est quelque peu nuancée. Lorsque la direction du club présente le projet parisien pour le prochain exercice aux cibles visées, c’est tantôt en l’articulant autour de technicien allemand et tantôt en évitant de mentionner le nom du futur entraîneur choisi. Et il y a bel et bien une raison à cela.


    Tuchel déjà au travail




    Certes l’accord est réel avec le technicien allemand. Et c’est en cette qualité de futur coach du banc parisien qu’il rencontre les représentant des joueurs visés pour son plan de jeu, tel que l’international allemand Weigl. L’ancien coach du Borussia Dortmund s’est donc mis au travail. Et si, à ce jour, Thomas Tuchel semble le plus « légitime » à se présenter comme le successeur d’Unai Emery, cela ne refroidit en rien les élans de la direction qui espère toujours attirer un entraîneur de renom.


    Une direction qui espère toujours




    Si le projet présenté à certains représentants de joueurs se veut flou sur l’identité du futur entraineur du PSG, c’est donc aussi car le club s’active toujours pour essayer d’attirer un entraineur plus populaire que l’allemand. Ayant déjà essuyé le refus de José Mourinho, le club a également tenté d’attirer Diego Simeone et Mauricio Pocchettino entre autres. La direction continue donc de prospecter en s’étant fixé une date butoir.

    Il y a donc bien un accord avec Thomas Tuchel, qui a d’ailleurs refusé le Bayern de Munich pour se tourner vers le PSG. Mais le club bavarois n’est pas le seul à avoir essuyé un refus. Nous vous faisions part de la volonté d’Arsenal d’enrôler l’ancien coach de Dortmund. Information confirmée aujourd’hui par Sky Sports qui fait part du refus de Tuchel de rejoindre le club londonien. L’allemand est ainsi déjà tourné vers le projet qu’il souhaite pour le club. D’un autre côté la direction voit en l’allemand un excellent plan B au cas où elle n’arriverait pas à atteindre l’un des techniciens rêvés qu’elle continue de prospecter à l’heure actuelle.

  • Tuchel PSG

    Officiel : Thomas Tuchel nouvel entraîneur du PSG

    C’était dans les tuyaux depuis quelques semaines déjà, c’est désormais officiel. Le Paris Saint-Germain a annoncé via un communiqué que Thomas Tuchel devenait le nouvel entraîneur du club de la capitale pour les deux prochaines saisons.L’Allemand va remplacer Unai Emery dont le contrat n’a pas été prolongé. L’ancien coach de Dortmund prendra ses fonctions début juillet pour le reprise de l’entraînement.


    « Le Paris Saint-Germain est heureux d’annoncer l’arrivée de Thomas Tuchel au poste d’entraîneur de l’équipe professionnelle. Le technicien allemand a signé un contrat de deux ans avec le club champion de France, » a annoncé le club de la capitale dans son communiqué. « C’est dès l’âge de 27 ans que le natif de Krumbach, en Bavière, a entamé sa carrière d’entraîneur, à la tête des équipes de jeunes du VfB Stuttgart. En 2009, Thomas Tuchel assume pour la première fois le management d’un groupe professionnel en prenant les rênes du FSV Mayence. Une équipe qu’il dirigera pendant cinq saisons en Bundesliga. Adepte d’un football offensif, dynamique et au registre tactique étoffé, il devient l’un des entraîneurs les plus novateurs et les plus suivis d’Allemagne. En 2015, il se voit choisi par le Borussia Dortmund. En deux saisons sur le banc du BvB, Thomas Tuchel dirige 108 rencontres et remporte la Coupe d’Allemagne 2017 en poursuivant avec conviction la même ligne directrice, celle d’un jeu collectif porté sur la créativité, la combativité et la compétitivité. Une conception du football qui lui vaut désormais, au niveau international, la reconnaissance des plus grands professionnels de notre sport. Désormais âgé de 44 ans, le manager allemand débutera sa mission au début du mois de juillet, à l’occasion de la reprise de l’entraînement. »


    Le technicien Allemand a évoqué cette signature. « C’est avec beaucoup de joie, de fierté et d’ambition que je rejoins ce grand club du football mondial qu’est le Paris Saint-Germain. Je suis impatient de travailler avec tous ces grands joueurs, qui figurent tous parmi les meilleurs de la planète. Avec mon staff, nous allons tout faire pour aider l’équipe à repousser ses limites, jusqu’au plus haut niveau international. Il y a un potentiel extraordinaire à Paris et c’est le challenge le plus enthousiasmant qui s’est présenté à moi. Je suis impatient, également, de découvrir le Parc des Princes, un stade mythique du football européen, où règne une ambiance fantastique. »


    Nasser Al-Khelaïfi, le président du club de la capitale a également évoqué cette arrivée. « Je suis très heureux de souhaiter la bienvenue à Thomas Tuchel comme nouvel entraîneur du Paris. Thomas est l’un des entraîneurs européens les plus compétitifs à avoir émergé au plus haut niveau, ces dernières années. Il est fortement imprégné des principes spectaculaires et efficaces qui ont toujours nourri la force du football allemand, notamment sur la scène internationale. Sa personnalité ambitieuse, son goût affirmé pour un jeu porté vers l’avant et sa force de caractère s’inscrivent dans le style que nous avons toujours entendu donner au Paris Saint-Germain. Ce style que les fans de notre Club, de tous temps, ont toujours énormément recherché et admiré. »


    com.png

  • Du nimportequoi , Dans quel but ramené un entraineur qui c'est fait sortir par Monaco en huitieme de CL et qui appart ca n'a rien fait ?

    ils sont bon qu'a laché des milliard sur des attaquant pas possible

  • dire qu'on a depensé 700 millions pour avoir cette équipe de m**** et même pas avoir UN SEUL défenseur credible ca me degoute.

    Le United qu'on a tous connu et adulé est mort avec le depart de Ferguson !

    j'ose même pas imaginer le règne qu'on aurait connu si Sir Alex avait disposé du même budget que cette saleté de mourinho !!!

  • dire qu'on a depensé 700 millions pour avoir cette équipe de m**** et même pas avoir UN SEUL défenseur credible ca me degoute.

    Le United qu'on a tous connu et adulé est mort avec le depart de Ferguson !

    j'ose même pas imaginer le règne qu'on aurait connu si Sir Alex avait disposé du même budget que cette saleté de mourinho !!!

    Le vrai problème c'est la direction car il fallait même pas prendre Mourinho alors qu'il s'est fait renvoyé 6 mois plutôt de Chelsea avec des résultats catastrophiques et un vestiaire mal géré et le pire il l'ont prolongé

    Ses relations avec certains joueurs sont pas bon, niveau de jeu honteux pour un club de standing et avec les sommes dépensé, management catastrophiques avec rashford et martial (même si ses prestations sont indigne).

    J'espère un titre en fin de saison mais je n'y crois malheureusement

  • Le vrai problème c'est la direction car il fallait même pas prendre Mourinho alors qu'il s'est fait renvoyé 6 mois plutôt de Chelsea avec des résultats catastrophiques et un vestiaire mal géré et le pire il l'ont prolongé

    Ses relations avec certains joueurs sont pas bon, niveau de jeu honteux pour un club de standing et avec les sommes dépensé, management catastrophiques avec rashford et martial (même si ses prestations sont indigne).

    J'espère un titre en fin de saison mais je n'y crois malheureusement

    Martial ne correspond pas à la philosophie de jeu Mourinho celui ci recherche un ailier créatif mais surtout besogneux pour les tâches défensives c'est pour cela que Martial n'entre pas dans ses plans et que le ''Spécial One '' se penche sur Willian de Chelsea il compte dépenser 70M.

    Martial a le potentiel pour s'imposer à ManUnited , il sortait d'une superbe saison avec Monaco avant de nous rejoindre , on l'utilise mal tout comme Pogba pour qui on a dépensé 105 mio. Ce dernier a fait un Mondial réussi avec l'équipe de France , je ne pense pas que le problème provienne des joueurs en question il faut plutôt chercher du côté de Mourinho.


    Pour revenir sur la direction , le problème c'est que Mourinho cumule les fonctions de directeur sportif , entraîneur , il n'en fait qu'à sa tête , ce monsieur ne consulte personne . Alors que lorsque tu observes les autres clubs tel que Liverpool qui a un grand directeur sportif en la personne de Michael Edwards qui est derrière le recrutement de Firmino , Salah , Mané et Klopp n'a fait qu'approuver ses recrues et on voit le résultat , une finale de Champions League, à un moment donné on voulait s'attacher les services du directeur sportif de l'Athletico Madrid , Andrea Berta très réputé et compétent mais ça ne s'est pas fait ,


    Pour ce qui est du mercato il nous faut absolument recruter 3 joueurs si l'on veut au moins espérer se qualifier pour la prochaine CL , il nous un central confirmé Harry Maguire , un ailier droit percutant Coman ou Christian Pulsic serait pas mal et enfin un milieu relayeur comme Mahmoud Daoud du Borussia Dortmund ou Thiago Alcantara à la limite si le Bayern nous le lâche.


    L'idéal serait : Maguire 70 mio , Mahmoud Daoud 50 mio , Pulsic 60 mio


    Formation idéale pour cette saison :

    ---------------------------------------------------------------------De Gea--------------------------------------------------------------------------------------------------------------

    ----Valencia---------------------------------Bailly----------------------------Maguire--------------------------------------Shaw-----------------------------

    ---------------------------------------------------------------------Matic----------------------------------------------------------------------------------------------------

    -------------------------------------------------Fred/Daoud---------------------------Pogba----------------------------------------------------------------

    -------Pulsic/Coman/Lingard-------------------------------------------Lukaku------------------------------------------------------Sanchez-------