TF - Economie Tunisienne

  • C'est un problème récurrent même ici, ils font pareille notre fameuse communauté achètent que les mosquées avec de prix exorbitant en plus ces mosquées sont vide ou presque.

    La doctrine dans le mauvais sens au lieu de faire des écoles bien structuré pour nos enfants...Au pire envoyer ces somme d'argent au pauvre dans nos pays d'origine.

    C'est mosquée ou rien.

    Le but n'est pas de t'aider mais de propoger les mouvances. C'est une vraie guerre géopolitique.

    Si tu leur (abs, Qatar, bahrein, eau, Iran) demandes un financement pour autre chose, ils t'envoient bouler direct. Ils estiment que c'est à l'Etat de le faire et qu'ils aident déjà assez. Ils ont pas tort.

  • Tu peux lâcher les mosquée un peu ^^comme si l'état en construisait a la pelle

    il a raison

    moi à chaque fois une personne vient me demander de cotiser pour bâtir une mosquée j'insulte sa mère et sa grand mère les deux à la fois.

    je vois des quartiers là ou les gens n'ont absolument rien rien nada et les vieux cherchent à leur batir des mosquées. Dieu invitent les gens à réfléchir, à apprendre à se développer à s'entraider et eux ils raisonnent avec leurs culs

  • il a raison

    moi à chaque fois une personne vient me demander de cotiser pour bâtir une mosquée j'insulte sa mère et sa grand mère les deux à la fois.

    je vois des quartiers là ou les gens n'ont absolument rien rien nada et les vieux cherchent à leur batir des mosquées. Dieu invitent les gens à réfléchir, à apprendre à se développer à s'entraider et eux ils raisonnent avec leurs culs

    J'imagine la scène ^^^^^^^^

    Bon le tunisien est égoïste même dans ses œuvres caritatives , il préfère donner de l'argent a la construction d'une mosquée pour avoir une place au paradis que d'investir dans une école ou hôpital malgres qu'en religion tout argent investit dans le bien du groupe est encouragé et on oublie qu'en islam il n y'a pas d'intermédiaire entre dieu et l'être humain on peut prier même dans le désert la présence de l'édifice n'est pas obligatoire pas comme pour le christianisme

  • J'imagine la scène ^^^^^^^^

    Bon le tunisien est égoïste même dans ses œuvres caritatives , il préfère donner de l'argent a la construction d'une mosquée pour avoir une place au paradis que d'investir dans une école ou hôpital malgres qu'en religion tout argent investit dans le bien du groupe est encouragé et on oublie qu'en islam il n y'a pas d'intermédiaire entre dieu et l'être humain on peut prier même dans le désert la présence de l'édifice n'est pas obligatoire pas comme pour le christianisme

    Sauf que la mosquée la plupart du temps n'est pas construite. On nous dit interdiction préfectorale ou autre. Je crois pas que l'argent aille chez l'orphelin. Dieu seul sait.

    C'est clair l'edifice c'est bien mais pas primordial. Meme sur la terre tu peux prier.

  • L'état ne finance pas mais donne la permission et administre les mosquées , quoi que si a la place des mosquées et cafés il yavait des bibliothèques le peuple tunisien serait de loin meilleur

    l'Etat ne finance pas la construction des mosquées mais prend en charge les dépenses eau, électricité, gaz et 1 ou 2 personnes qui s'occupent de la mosquée dont l'imam. Et bien sur les factures de électricité sont très lourdes surtout en été avec les gros climatiseurs qui sont en marche 24/24

  • Ok j'essaye dans ce coin pour un positif feedback j'espere


    A part SOPAT et ALMAZRAA qui peut exporter 1000 tonnes d'escalope de dinde (200 Tonnes 1ere commande et le reste 100 tonnes/mois)


    SOPAT : Bon prix mais pas de certifications (encours)

    ALMAZRAA : Prix non compétitif et certifications disponibles


    Le client ne peut pas acheter de la Turquie (raisons politiques)


    Merci de répondre ici ou par MP si qqun a des idées ou bien il est du domaine

  • POLITIQUE

    L’Arabie Saoudite prête à faire bénéficier la Tunisie de son expérience dans le domaine de la numérisation de l’administration

    ParLaameri Dorsaf | 11 Novembre 2019 à 18:10

    tunisie-arabie-saoudite-640x396.png

    Partagez233
    Tweetez
    +1
    Partagez
    233PARTAGES

    Taoufik Rajhi, ministre auprès du chef du gouvernement chargé des Grandes réformes, a effectué une visite de travail en Arabie Saoudite du 9 jusqu’au 11 novembre courant.

    Au cours de cette visite, M. Rajhi a mis l’accent sur les plus importantes réformes politiques, sociales et économiques qu’a vécues la Tunisie, la mise en place d’institutions constitutionnelles ainsi que la réussite du parachèvement du processus démocratique en marge des élections législatives et présidentielles. Il a, par ailleurs souligné les défis auxquels la Tunisie fait face, notamment, ceux relatifs au progrès économiques et social, au développement et à la modernisation de l’administration.

    Lors de son entretien avec le ministre de l’Economie et du Plan saoudien, Mohammed Ben Mazyad Al-Tuwaijri, Taoufik Rajhi a souligné l’aspiration de notre pays à bénéficier des progrès que l’Arabie Saoudite a pu réaliser, notamment, dans le domaine de la numérisation des services administratifs et les techniques de mesures de la performance.

    De sa part, le ministre saoudien a exprimé la volonté de son pays de renfoncer les relations bilatérales des deux pays soulignant que l’Arabie Saoudite est prête à faire bénéficier la Tunisie de son expérience dans le domaine de la numérisation de l’administration.

    En marge de cette visite, des discussions ont eu lieu également, entre Rajhi et des chefs d’entreprises saoudiennes spécialisées dans l’évaluation de la productivité des organismes publics, en technologies de l’information et services électroniques.

  • Bon prix c'est combien ?

  • t'as essayé de négocier avec elMazraa , je sais qu'ils ont tendance à s'aligner sur le prix des concurrents si le marché en vaut la peine

  • Une bonne nouvelle


    Vendredi 31 mai, l’huile d’olive tunisienne ” Chemlali ” connue sous le label ” Olivko ” a remporté, pour la première fois, le prix de la meilleure huile d’olive (extra vierge légère) dans le monde pour 2019.

    Ce prix a été remporté sur 900 variétés d’huile d’olive de 300 enseignes commerciales, ayant participé le 10 mai au concours mondial d’huile d’olive de New York (NYIOOC/World Olive Oil Competiion), dédié aux producteurs d’huile d’olive.

    Ce sont de nombreux producteurs d’huile d’olive venant de 26 pays, dont 30 de Tunisie, qui ont participé à l’une des plus grandes compétitions mondiales en matière de qualité de l’huile d’olive.

    En plus du premier prix, “Olivko” a également obtenu deux médailles d’or dans les catégories ” Chetoui ” et ” Blend ” (mélange de plusieurs huiles), sachant que la Tunisie compte plus de 100 variétés de plants d’oliviers, et que la variété Chemlali est présente surtout dans les régions du Centre et du Sud.

    Pour Karim Fitouri, propriétaire de la marque commerciale Olivko, “ce couronnement prouve la réussite de l’huile d’olive tunisienne surtout pour cette variété (Chemlali) qui représente 70% des oliviers en Tunisie, mais reste encore marginalisée et n’occupe pas la place qu’elle mérite”.

    Il explique “l’importance de la participation aux concours internationaux dans le renforcement de la compétitivité” d’une part, et d’autre part pour “la consolidation de la confiance du consommateur et du client dans le produit tunisien de manière à conférer une valeur ajoutée à l’huile d’olive locale, d’impulser la commercialisation et de conquérir de nouveaux marchés, surtout que la Tunisie produit des olives et des huiles depuis des milliers d’années mais demeure méconnue à l’échelle mondiale”.

    Il a aussi souligné la nécessité de “préparer une stratégie claire pour ce secteur, de conjuguer les efforts de toutes les parties, gouvernement, agriculteurs et exportateurs, et de mettre davantage en valeur l’huile locale qui est vendue à hauteur de 90%, en vrac, sans label tunisien”; affirmant que “la hausse des prix de l’huile d’olive tunisienne, vendue à bas prix par rapport à sa haute qualité, passe par son exportation conditionnée, sous une marque tunisienne” et que “ceci permettra aussi de renforcer les réserves en devises du pays”.

    Au cours de ce même concours, la Tunisie a remporté 17 médailles d’or et d’argent, grâce à 14 variétés d’huile d’olive produites par les marques suivantes: A&S, Parcelle 26 selection, Rahma, Parcelle 26 second harvest, Safir, Salim, Safir selection, carthage heritage, Oleiva Premium, kesra, Oleastra.