Posts by amen09

    Ces joueurs de marde nous ont mener à la coupedumonde de marde. Un peu de joueur parfumé par ici et par là ça étouffera la marde. Un peu de parfum ne fais pas du mal.

    on ramene aussi ben hatira et abdou qui on marqué contre la guinée

    lahmer qui a joué les deux premier match

    azouni aussi

    mohsni pourquoi pas titulaire en deux match

    bguir

    dhaouadi titulaire contre la lybie

    et kader

    1-Adel chedli vs maroc 2005

    2-tunisie vs guinée eq 2015

    3-Chikhaoui

    4-Tunisie -mexique 1978

    5-Msakni sa place n'est pas au Qatar

    6-CAN 2000 et CM1998

    7-ST et JSK

    8- Bouazizi vs cameroun

    9- tarek dhiab

    10-cameroun

    11- 1/4 CM

    12-ben khalfallah

    13-EL menzah

    14-Tunisie ya tunisie m3ak rabbi wennibii

    15-srarfi

    16-mouelhi

    17-Lemerre

    18-tunisie vs egypte 0-0 amical

    19-Mehdi nafti

    20- 2018 inchallah :p

    gardien :

    1-mathlouthi

    2-Jeridi

    3-Ben mustapha

    4-hassen

    Arriere droit :

    5-naguez

    6-mathlouthi

    7-yaken

    Arriere gauche :

    8-maalouli

    9-Haddadi

    10-dudziak

    axe

    11-meriah

    12-syam ben youssef

    13-Bronn

    14-Abdennour

    15-bedoui

    Milieux

    16-skhiri

    17-sassi

    18-Ben amor

    19-chaalali

    20-laribi

    21-Methnani

    22-ghazi ayadi


    Milieux off

    23-marzouki

    24-khaoui

    25-srarfi

    26-sliti

    27-msakni

    28-khlifa

    29-badri

    30-rouge

    ATT

    31-touzghar

    32-harbaoui

    33-akaichi

    34-khenissi

    35-khazri

    La date limite pour déposer les listes préliminaires est fixée au 14 mai. La liste défintive de chaque sélection, limitée à 23 éléments, devra quant à elle être divulguée avant le 4 juin. En cas de blessure constatée par la Fifa , les sélectionneurs peuvent choisir un joueur de la pré-liste, ou réserviste, pour le remplacer.


    Alors que les pré-listes de joueurs retenus par les 32 sélections pour le Mondial étaient jusqu'ici limitées à 30 joueurs, elles devraient passer à 35 noms pour la Coupe du monde en Russie. et la mesure sera soumise à un vote lors de la prochaine réunion du conseil de la Fifa, le 16 mars en Colombie.

    Sérieux arrêtez de vous faire 1000 scenarios c'est des match amicaux de preparations qu'on gagne ou qu'on perd, l'entraîneur est la pour faire tourner l'équipe et déceler nos défaillances, et voir l'état de forme physique de nos joueurs, arrêter de vous faire des films dans vos têtes

    le probleme c'est que les tunisiens ne comprendrons jamais l'utilité des match amicaux


    bayern munich dans la préparation estivale a jouer 6 match elle a perdu 5 match ( 4-0 contre milan 3-0 contre liverpool 2-0 contre inter et napoli )

    resultat : premier du championnat , ils on remporté la super coupe et un quart de final CL assuré

    14 match de victoires d'affilé toutes compétions confondu ( cette serie est arreté depuis 4 jours avec un nul contre le herta berlin )

    Au contraire vaut mieux se prendre une gifle avant d'entamer une coupe du monde plutôt que de gagner contre l'Espagne et ce croire le plus fort on a un bon programme faut prendre match après match à Nabil Maaloul de ne pas ce tromper dans ces choix

    exactement 3 bon match contre iran costa rica et le portugal , puis une gifle contre l'Espagne pour mettre les pieds sur terre :p

    Formé dès l’âge de 4 ans à Cannes, le club de Zidane ("J’ai des autographes chez moi, le club a aussi formé Vieira et Micoud, gamin je suis monté avec eux sur le terrain !"), Dylan Bronn a déjà coché le samedi 23 juin dans son agenda : "C’est le jour de Belgique-Tunisie, j’ignore si je serai sur le terrain ou devant ma télé ce jour-là, mais ça fera date. On aura tout un peuple derrière nous : cette ferveur me booste, on jouera sans pression car la Belgique et l’Angleterre sont favorites de la poule. Mais en Coupe du Monde, tout est possible : on veut aussi se qualifier."

    Envoyé spécial permanent du foot tunisien en Belgique, Bronn ne s’est pas encore fait investir d’un job de scout sur la question. "On n’a pas besoin de moi en Tunisie, vos joueurs sont connus dans le monde entier et passent sur toutes les télés. Mon chouchou, c’est Eden Hazard : je le suis déjà depuis Lille et je suis fan de Chelsea, le croiser serait un grand honneur pour moi. Mais si je suis mis en marquage sur Lukaku, je ne me prendrai pas la tête : on a chacun deux pieds et deux jambes… même si certains y ont plus de talent que d’autres !" (rires)


    Remontada


    Et Bronn, 22 ans, né de père français et de mère tunisienne, de fredonner l’hymne des Aigles de Carthage. "J’ai un réel attachement à ma sélection. Je donne toujours tout pour l’équipe où je joue. C’est notre secret à Gand : on forme une Tour de Babel mais on partage tout et on rigole bien, on s’arrache les uns pour les autres. On parle souvent de joueurs-mercenaires, mais moi je m’identifie à mon blason : tous ces supporters qui nous suivent me touchent profondément et je veux leur rendre cette affection. Les consignes du coach sont claires et depuis son arrivée, certains joueurs se sont libérés. On me parle de ce derby Gand-Bruges : croyez-moi, on va tout donner. On veut terminer le plus haut possible : même quand on était dans la cave du classement, j’étais sûr de notre remontada."

    Fan, Bronn l’a aussi été : en bon méridional, ce fut l’Olympique de Marseille. "Je suis fou de l’OM, j’allais au Stade-Vélodrome : j’apprécie la passion, mais je ne comprends pas les excès de certains. Ce n’est que du foot après tout : jamais je ne perdrai le contrôle, que ce soit dans une tribune ou sur un terrain. Je viens d’une famille stable, où on pratique certaines valeurs, toujours les pieds sur terre. Ces relents de racisme ne me touchent pas, mais me chagrinent : qu’on soit blancs, noirs, jaunes, rouges ou verts, on est tous pareils."


    Odeur de frite


    Arrivé à Gand l’été dernier en provenance de Niort, où il côtoyait le néo-Carolo Romain Grange, il a forcément apprécié le parcours des Buffalos en Ligue des Champions. "Vous vous sous-estimez : le football belge est très respecté en France, on joue très vite ici et votre championnat n’a rien à envier au nôtre. Je vis mon conte de fées : je suis pro depuis un an et demi, il y a 3 ans je jouais au 8e échelon du foot amateur français. J’ai dû rattraper mon retard physique, je n’arrivais pas à finir les matches. Les pros m’ont bien chambré au début… puis je me vengeais en les dominant à l’entraînement (rires). Je me re-visionne tous mes matches pour progresser, je suis très autocritique. Mais le foot amateur m’a aussi donné un esprit de guerrier : dans les petites divisions, on croise de vrais dingues. Ça se rentrait dedans, ça sentait la frite (sic), j’adorais ça !"

    Reconnaissant sans être nostalgique, Dylan Bronn se refait ces années bénies : "Je ne me la jouerai jamais : je sais d’où je viens et je suis content d’avoir vécu la vraie vie. Avec ma première paie, j’ai réglé mon appartement, je me suis offert un bon resto… puis j’ai mis le reste de côté. Et j’ai fait mienne cette parole de Gandhi : ‘La vie est un mystère qu’il faut vivre, non un problème à résoudre.’ Vivre est une chance, il faut le savourer sans se prendre la tête. On fait un métier idéal : on se lève, on joue au foot… et c’est tout. Certains abusent peut-être de leur statut, mais pas moi : je suis Dylan Bronn, autant dire que je ne suis personne..."


    Salade de fruits


    Et quand il n’était… vraiment personne, Dylan Bronn enfournait sa mobylette… et livrait ses sushis. "À Cannes, je bossais avant les entraînements : entre deux livraisons, je jouais au tennis-ballon sur la plage avec mes potes, y avait pire comme métier. D’ailleurs, depuis, j’adore les sushis et je ne mange que ça : j’ai même essayé d’en faire moi-même… mais c’était complètement raté (rires). Votre cuisine me plaît aussi… même si elle pèse un peu sur l’estomac. Gand aussi, la Ville, j’adore : les petits cafés, les places, c’est magnifique. J’ai même mon petit lexique de Flamand pour faire mes courses : ‘Goedendag’, ‘Goedenavond’, ‘Dank U wel’, ‘rustig’ et ‘Smaakelijk’" (rires)

    Éternelle banane aux lèvres, Dylan ("Ca n’a rien à voir avec Bob Dylan, au contraire mon père est dingue de Johnny… et je l’aurais eu mauvaise s’il m’avait appelé comme ça !") Bronn a importé cet esprit festif dans le vestiaire gantois : "J’adore Bourvil et ces vieilles chansons franchouillardes, j’ai chanté ‘Salade de fruits’ pour mon bizutage. Depuis, je mets Bourvil à fond au vestiaire, les autres joueurs m’insultent ! (rires) Je chante tout le temps. Quand j’étais petit, ma mère m’a mis au solfège, à la batterie et… à la trompette : je n’ai jamais réussi à souffler dedans, j’aimais trop mon ballon..."


    Genoux à croûtes


    Commis à la garde de Cavani pour un Niort-PSG de Coupe de France ("Notre terrain était pourri, je n’ai pas pu apprécier l’aisance technique des Parisiens…"), Bronn se calque sur Thiago Silva et Varane, ses modèles comme défenseurs : "Quand j’étais petit, je jouais attaquant… mais je marquais peu, alors on m’a reculé. Aujourd’hui, ne pas encaisser est devenu une vraie obsession… et ça me poursuivra jusqu’à la fin de ma carrière."

    Et entre deux tacles, le gus bute quand même parfois. "J’ai marqué contre Mouscron, pied gauche et barre rentrante ! Je n’en revenais pas, ce stade qui explose, j’aurais voulu fêter ça à l’infini mais je devais me repositionner (rires). Ça m’a rappelé ma jeunesse avec des potes quand on se matait des vidéos de Thierry Henry : à la plaine, on imitait ses glissades après ses buts. Ça m’a valu quelques croûtes aux genoux !" (rires)

    Reste cette peur profonde… de l’ascenseur. "Je suis claustrophobe, je ne monte jamais dans un lift : lors des mises au vert à l’hôtel, les autres se fichent de moi, mais rien n’y fait. J’en ai parlé avec la psychologue du club… mais je cherche toujours la réponse." Et au rythme auquel La Gantoise de Vanderhaeghe remonte les étages de la D1, cette question risque bien de devenir centrale…