Posts by Safsaf

    Vida joue encore au football ?

    Impressionnant ce joueur, un très grand défenseur, surprenant qu'il n'ai jamais joué dans un top club.

    C'est presque officiel nabil maaloul avec Nader daoued comme adjoint comme condition. DAOUED EST UNE GARANTIE DE RÉUSSITE. Il connaît bien les 4 vérités du foot tunisien, Honnete, discipliné et ndhif. Son franc parler est quelque chose. Il n'est pas trop système.

    Maaloul seul est un fiasco garanti. Wadii et daoued doivent s'entendre cette fois ci pour le bien de l'EN.

    c'est surtout un la7as celui là.

    le Nr 7?


    j'allais dire que c'est vraiment un bon joueur

    Yes c'est le joueur de Mönchengladach, il est pétri de talent, avec un peu de réussite j'espère que sa carrière décollera enfin, il est vraiment intéressant.

    L’homme du match : Aissa Laidouni (6) : Au four et au moulin le néo international tunisien dans la continuité de son match face à la RDC a fourni un grand travail à la récupération. Cumulant abattage physique et grinta, Laidouni a remporté de nombreux duels dans l’entre jeu.


    Moez Hassen (5) : Titularisé pour la deuxième fois consécutive depuis le rassemblement, Hassen a réalisé un match correct dans l’ensemble, se déployant pour détourner certains tirs en première période et a aussi rassuré ses partenaires dans ses sorties aériennes. En revanche sur le second but encaissé sur coup franc, le gardien n’est pas exempt de tout reproche, son positionnement ainsi que celui de son mur étaient défectueux.


    Mohammed Dräger (4) : Préféré à Wajdi Kechrida, le pensionnaire de l’Olympiakos n’a pas véritablement marqué des points ce soir. Bousculé dans les duels et malmené sur le flanc gauche par un Youssef Bleili en jambes, Dräger n’est jamais véritablement entré dans son match. Bénéficiant d’un répit en seconde période en raison d’une physionomie du match évolutive et favorable à la sélection tunisienne, le joueur n’a pas su faire la différence dans son apport offensif ne parvenant ni à déborder et ni à centrer malgré l’appui de ses coéquipiers.


    Dylan Broon (3) : Match très poussif pour le messin, battu dans un duel aérien sur une déviation de la tête de Youssef Bleili menant à l’ouverture du score de Baghdad Bounedjah, le défenseur central n’est jamais véritablement entré dans son match. Abusé à plusieurs reprises par l’avant centre d’Al Saad, le match de Dylan Broon fut en tout point médiocre, additionnant relances approximatives, erreurs de placement et mauvaise lecture du jeu, l’international tunisien a souffert lors de la première demi heure du match.


    Yassine Meriah (4) : Moins fébrile que son partenaire de la charnière centrale, il ne s’est pourtant pas illustré par sa sérénité, la première période fut douloureuse physiquement pour le joueur de Rizespor qui devait faire face à un trio d’attaque algérien qui combinait ingénieusement. L’entrée de son partenaire en club, Montassar Talbi a permis à Meriah de retrouver ses repères.


    Oussama Haddadi (3) : Dépassé par les évènements, l’international tunisien n’a pas su contenir l’international algérien et joueur de Manchester City, Riyad Mahrez. En difficulté sur les débordements de l’ailier algérien et ses combinaisons avec Youcef Attal, Oussama Haddadi s’est retrouvé en difficulté et livré à lui même.


    Elyes Skhiri (4) : Match assez poussif pour le milieu défensif de Cologne, émoussé physiquement le joueur n’est pas parvenu à enrayer l’attaque adverse. Moins mis à contribution en seconde période, il s’est contenté de faire circuler le ballon latéralement.


    Mohammed Ali Ben Romdhane (3) : Transparent ce soir, le milieu de terrain de l’Espérance Sportive de Tunis a manqué de caractère, bousculé dans les duels et inefficace à la relance, Mohammed Ali Ben Romdhane est passé complètement à côté de son match.


    Anis Ben Slimane (5) : Un match plutôt correct du milieu de terrain de Bröndby, entreprenant et incisif s’essayant à plusieurs reprises de loin à tromper la vigilance de Raïs Mbolhi. Le joueur a néanmoins montré certaines limites dans cette rencontre en manquant de lucidité et d’altruisme sur certaines actions offensives, privilégiant trop souvent la solution individuelle et confondant précipitation et vitesse.


    Naïm Sliti (5) : Plutôt remuant et percutant il s’est démené en attaque en multipliant les courses et les appels. Bien que remuant balle aux pieds, Naïm Sliti s’est trop souvent montré brouillon et peu inspiré dans l’utilisation du ballon dans les derniers mètres.


    Wahbi Khazri (4) : Positionné à la pointe de l’attaque, le stéphanois bien que plein de volonté n’aura jamais su inquiéter la garde algérienne, trop souvent signalé en position d’hors jeu par l’arbitre assistant, la qualité de ses appels de balle était mauvaise. Trop peu approvisionné en ballon, l’attaquant tunisien dézonait à intervalle régulier par instinct pour toucher le ballon à la hauteur du milieu de terrain délaissant son poste d’avant centre. Si techniquement il a réussi quelques fois à combiner avec ses coéquipiers, Khazri a en revanche raté son match tactiquement notamment dans le volet du placement et du pressing.


    Ali Maaloul (5) : Souvent décrié pour ses errements défensifs, l’international tunisien et latéral gauche d’Al Ahly a effectué une bonne rentré, il a bien animé son couloir gauche en apportant constamment le danger par des centres en retrait à ras de terre qui trouvaient la plupart du temps preneur. Son entrée a permis à la sélection tunisienne d’obtenir de la profondeur mais également d’étirer le jeu.


    Hamza Rafia (5) : À l’instar d’Ali Maaloul, le joueur de la Juventus a lui aussi effectué une bonne rentrée. Il a permis à son équipe de mettre le pied sur le ballon, son assurance et sa maitrise technique ont métamorphosé le jeu de l’équipe, cela se déclinait par des variations de jeu dans l’animation offensive.


    Hannibal Mejbri (5) : Insouciant et décontracté, le néo international tunisien a brillé par sa classe et son calme olympien, facilitant les sorties de balles depuis les bases arrières, l’entrée du mancunien a fluidifié le jeu de la sélection.


    Seifeddine Jaziri (5) : Son entrée a apporté de la profondeur au jeu de l’équipe et des repères à ses partenaires du compartiment offensif qui grâce à la qualité de ses appels de balle ont réussi à le servir dans les intervalles et en profondeur.