Yan Valery
Yan Valery

[Interview Exclusive] : A la découverte de Yan Valéry

A 19 ans, Yan Valéry a la tête sur les épaules et déjà bien mature. C’est certainement ce qui lui a permis de passer rapidement d’un club local à un des meilleurs centre de formation anglais en passant par celui de Rennes. C’est chez lui, en Ile de France, que Yan a gentiment accepté de nous accorder cette interview que nous avons le plaisir de vous la proposer en vidéo ou écrite ci-après. Bonne écoute ou bonne lecture.

 

 

TF : Bonjour Yan. Tout d’abord merci de nous donner la primeur d’être le premier média Tunisien à qui tu accordes une interview. Avant toute chose, peux-tu te présenter aux lecteurs de Tunisie-Foot ?

YV : Bonjour, je m’appelle Yan Valéry. Je joue au Southampton Football Club en Angleterre. Je suis d’origine tunisienne et martiniquaise et de nationalité française. J’ai 19 ans. Je joue arrière droit et des fois ailier. J’ai déjà joué en sélection nationale française des jeunes en U17 et U18. Je joue actuellement avec la réserve de Southampton.

TF : Raconte-nous un peu ton parcours ?

Yan Valéry à Southampton FC

YV : J’ai commencé petit à l’AS Bois l’Abbé à Champigny. J’ai fait 2 ou 3 ans, après j’ai arrêté le football parce que je n’aimais pas trop courir autour du terrain. J’ai essayé de faire d’autres sports comme le Judo, le Tennis et d’autres. Ça ne m’a pas plu, alors je suis revenu au football surtout que plusieurs personnes me disaient que j’avais du talent. J’ai donc repris le foot à Champigny Football Club 94. J’ai joué jusqu’aux U15 où j’ai souvent été surclassé. J’ai fait les tests Clairefontaine et c’est là qu’un recruteur du Stade Rennais m’a vu. Ensuite je suis allé faire des tests au Stade Rennais qui ont été concluants. J’ai alors choisi d’y aller. J’y ai joué pendant deux ans. Puis à un tournoi, Southampton m’a vu. J’y étais pour faire des tests et visiter. J’ai trouvé que les infrastructures étaient très bien c’est du High Standing comme on dit en Angleterre.  J’ai décidé d’aller là-bas. J’y joue donc jusqu’à ce jour et tout va bien.

TF : Quelles sont tes qualités sur le terrain ?

YV : Je suis quelqu’un de puissant et rapide. J’aime beaucoup aller vers l’avant en tant qu’arrière droit. Je suis aussi bon défensivement mais je préfère aller vers l’avant. Je suis costaud et comme je suis assez grand je suis bon de la tête même s’il me reste du travail de ce côté-là.

TF : Quelles seraient tes possibilités d’amélioration ?

YV : Vu ma taille je pense que je peux devenir encore plus fort de la tête. Techniquement je peux encore m’améliorer sur ma première touche et aussi sur le type de passes que je choisi. Avec l’expérience je dois m’améliorer tactiquement aussi.

TF : A 14 ans tu débarques à Rennes pour y passer deux ans. Comment fait-on pour quitter le cocon familial aussi jeune ?

YV : Il y a un moment comment on dit quand on veut être footballeur il faut faire des sacrifices et ceci fait partie des sacrifices à faire. Je savais que je voulais être footballeur professionnel, c’était donc la seule solution à faire. J’ai cru que ça allait très dur au début mais j’ai vu que je suis quelqu’un qui arrive à vivre loin de ma famille. Je ne suis pas trop mal. C’est que j’aurais été triste si je ne les voyais pas pendant un an mais pour deux à trois mois ça allait. D’autant plus que mes parents essayent de venir dès qu’ils pouvaient pour me voir jouer des matchs. Ensuite, quand je suis parti en Angleterre j’étais un peu plus grand et finalement ce n’était pas aussi dur que je le pensais.

TF : Comment s’est passée ta formation au Stade Rennais ?

YV : Elle s’est très bien passée. Au début je suis arrivé là-bas comme quelqu’un qui courait très vite, qui était puissant mais techniquement je n’étais pas assez fort et justement ils m’ont fait beaucoup travailler ma technique. Je me suis beaucoup amélioré et je les remercie d’ailleurs. Le Stade Rennais est connu pour être l’un des meilleurs centres de formation en France. J’ai vu sur place pourquoi, ils m’ont fait beaucoup progresser.

TF : Comment fait-on pour passer de l’AS Outre Mer du Bois de l’Abbé de Champigny sur Marne à Southampton ?

YV : Le travail. Il faut beaucoup travailler et un peu de chance. Comme je l’ai déjà dit, si je n’avais pas fait les tests Clairefontaine, le recruteur du Stade Rennais ne m’aurais pas vu. Je n’aurais pas été au Stade Rennais et donc je n’aurais pas été à Southampton. Ma mère aussi y est pour quelque chose. Mes parents, sans être très strictes, ont fait ce qu’il fallait pour que je reste dans le droit chemin. A l’école aussi, j’étais quelqu’un qui aimait bien rigoler, pas forcément très sérieux mais j’ai dû l’être pour réussir à aller au Stade Rennais. C’est le travail, c’est être sérieux et surtout écouter sa famille et ne pas se faire avoir par certains amis ou certaines personnes autour de toi. En étant jeune, ce n’est pas facile de faire attention et c’est à ce moment qu’il faut revenir vers les personnes plus matures comme les parents. C’est un mélange de tout qui m’a permis d’aller à Southampton.

TF : A part Southampton as-tu eu d’autres offres ?

YV : Franchement, je ne sais pas. Je sais que mon agent après ce tournoi m’a juste dit que Southampton c’est le meilleur centre de formation d’Angleterre. Ils te veulent et je te conseille d’y aller. Il ne m’a pas parlé d’autres clubs. Je l’ai donc écouté et je suis allé là-bas. Et jusqu’à maintenant je ne le regrette pas.

TF : Quels sont tes futurs projets avec Southampton ?

YV : C’est de jouer avec l’Équipe A. Ce n’est pas forcement commencer tous les matchs à 19 ans. Je sais que c’est la Premier League et que ce n’est pas facile mais démarrer par être sur le banc et petit à petit être lancé dans le bain. C’est à moi de montrer à l’entraineur que j’ai ce qu’il faut pour être avec eux. Je suis jeune, j’attends mon tour.

TF : Quels sont tes plans pour les prochaines années ?

YV : Jouer avec les Pros. Avoir plus de temps de jeu. Progresser. Travailler dur et progresser. Je suis encore jeune et je ne veux pas être trop pressé non plus. Sur le plan national, pour l’instant je joue avec l’équipe de France. Je ne me prends pas la tête. Et si à un moment je dois faire un choix je le ferais avec ma famille. Mais pour l’instant je profite et je prends ce que j’ai à prendre.

TF : Justement, tu as déjà joué 8 matchs avec la sélection française. Comment as-tu vécu ces sélections et notamment l’Euro U17 ?

Yan Valéry
Yan Valéry

YV : C’est toujours magnifique, ça reste dans ta tête jusqu’à la fin de ta vie, un Euro ou une Coupe du Monde ou une CAN pour une équipe Africaine. Je pense que ça restera toujours dans ta mémoire. C’était quelque chose de bien à vivre humainement et sportivement. Après, je suis un peu déçu parce que je pense qu’on aurait pu faire beaucoup mieux avec le groupe qu’on avait et les joueurs qu’on avait. Maintenant, s’est passé et il faut regarder le futur. J’espère avoir la chance de faire une autre compétition comme ça européenne ou mondiale. En tout cas une grosse compétition avec une équipe nationale je l’espère.

TF : Parlons de tes attaches avec la Tunisie. Quelles sont-elles ?

YV : Je suis tunisien du côté de ma mère. J’ai ma grand-mère, mes tantes et mes oncles qui vivent là-bas. Je vais des fois en Tunisie.

TF : Y vas-tu régulièrement ?

YV : Comme mon père est martiniquais, on essaye des fois d’aller en Tunisie et des fois en Martinique. Et comme ma grand-mère vient de Tunis, des fois je vais à Tunis ou à Carthage. Ce n’est donc pas régulier mais j’y vais tous les 2 à 3 ans.

TF : Est-ce que tu suis le football tunisien ?

YV : Pas trop mais j’aime bien l’Espérance de Tunis. C’est mon équipe favorite en Tunisie grâce notamment à ma mère et mes oncles. Je suis l’équipe nationale mais pas trop le championnat.

TF : As-tu déjà été contacté par la Fédération Tunisienne de Football ?

YV : Moi personnellement, non. Après je pense, mais je ne suis pas sûr, qu’ils ont déjà contacté mon club pour savoir si je pouvais aller jouer avec les jeunes et quel était mon ressenti par rapport à ça. Sinon, ils ne m’ont jamais contacté personnellement.

TF : Envisages-tu un jour de jouer avec la Tunisie ?

YV : Pour l’instant je pense que je vais continuer à jouer avec l’équipe de France des jeunes. Quand je serais plus sérieusement avec les professionnels, je pense que c’est là que je verrais quel je choix je devrais faire par rapport à l’Équipe Nationale, la Tunisie ou la France. Mais pour l’instant je jouerais avec les jeunes de France.

TF : En ce qui concerne l’Équipe Nationale, qu’as-tu pensé de sa qualification ?

YV : J’étais content. J’ai regardé tous les matchs d’ailleurs. Je suis fier d’eux. Et je vais encore les supporter à la Coupe du Monde.

TF : As-t suivi les derniers matchs amicaux ? Comment as-tu trouvé la prestation de la Tunisie face au Costa Rica ?

YV : J’ai vu un peu contre le Costa Rica. Comme il y avait beaucoup de nouveaux, je pensais qu’on allait voir la différence ; qu’il y en avait qui avaient besoin d’un peu de temps pour se mettre dans le bain. Mais franchement, tous les nouveaux, on aurait que ça fait longtemps qu’ils jouaient avec les anciens. Khazri, c’est le joueur tunisien que je préfère. J’ai trouvé qu’il a été très bon sur les deux matchs. J’ai en fait aussi vu les résumés du premier match. Ils sont bons. Je pense qu’à la Coupe du Monde, ils ont une chance de passer les groupes. Moi j’ai une confiance en eux.

TF : En dehors de Khazri, quels sont les joueurs de l’Équipe Nationale qui t’impressionnent le plus ?

YV : Il y en a beaucoup qui sont très bons techniquement comme Khaoui qui joue à Troyes et que j’aime beaucoup. Je trouve que techniquement il est très fort. Il a un bon pied gauche. J’aime beaucoup voir les joueurs techniques comme Khazri aussi, c’est beau à voir.

TF : Penses-tu que la Tunisie soit capable de passer au second tour de la Coupe du Monde ?

YV : Oui, je pense que la Tunisie a une chance de passer le groupe à la Coupe du Monde s’ils font ce qu’ils ont à faire face au Panama et même face à l’Angleterre. Je pense que ça ira. Moi j’ai vraiment confiance en eux et je pense qu’ils peuvent passer le 1er tour.

TF : Un petit pronostic pour les trois matchs ?

YV : Une victoire face au Panama, 2 ou 3 à 1. Une victoire 1-0 face à l’Angleterre. Ça sera plus dur face à la Belgique, je vois une défaite ou un nul grand max. Je pense qu’ils vont battre le Panama et l’Angleterre.

TF : Un dernier mot pour nos TFistes ?

YV : Je vous remercie de m’avoir écouté, d’apprendre à me connaitre. Je suis très content d’avoir donné mon temps pour vous et comme je l’ai dit on va tous supporter la Tunisie pour la Coupe du Monde et j’espère qu’ils vont aller loin.

A propos Majed

Passionné de football depuis mon jeune age, je suivais mes deux équipes favorites, l'Espérance Sportive de Zarzis et le Club Africain que j'ai découvert à l'époque des Lotfi Mhaissi, Hédi Bayari, Kamel Chebli et Lassaad Abdelli. J'ai réellement rejoint Internet en 1994 en étant à l'ENSAM pour ensuite gérer le forum du CA en 1996 puis plusieurs sites personnels dédiés au CA et à l'ESZ. J'ai fondé Tunisie-Foot.com en 1998 au travers d'un site traitant du football tunisien qui aura son nom de domaine et son serveur dédié en 2000.

Voir Aussi

Anice Badri

[Interview Exclusive TF] : Anice Badri nous parle du derby

Anice Badri le joueur de l’Espérance Sportive de Tunis nous a accordé une interview par …