A la UneInterviews

[Exclu TF] : Interview David Boulanger (OM School)

Titulaire du diplôme UEFA A obtenu au sein de la Fédération Française de Football, David Boulanger a longtemps œuvrer pour la formation des jeunes au sein de la FFF et notamment dans les Hauts-de-Seine. Il est le coordinateur technique en Afrique pour l’Olympique de Marseille après avoir dirigé la formation au sein de la Fédération Royale Marocaine ou encore le centre de formation du Kawakab Marrakech. Naviguant entre Tunis, Alger et Marseille, c’est avec une grande disponibilité que le responsable du développement à l’international de l’OM School a accepté de nous répondre quelques mois après que l’OM ait ouvert sa première académie en Tunisie. Bonne lecture.

TF : Vous êtes chargé du développement à l’international de l’OM School, en quoi consiste ce projet ?

DB : Ce projet est en complément de la nouvelle politique de l’Olympique de Marseille, de faire de la formation un des piliers du club dans les années à venir. Pour d’ailleurs confirmer cette nouvelle politique, sachez que l’OM vient d’obtenir il y a quelques semaines de la part de la FFF pour son centre de formation, le label « catégorie prestige ». Une première dans l’histoire du club. Seulement 6 clubs l’ont obtenu ces dernières années en France !

TF : OM School a évolué d’une académie prête-nom, comme beaucoup de clubs européens le font, vers une académie de détection de talent et de préformation. Quelle est la stratégie du club au travers de ces académies ?

David Boulanger
David Boulanger – OM School

DB : Oui en effet et c’était une volonté d’Andoni Zubizareta et Nasser Larguet respectivement Directeur sportif et Directeur du centre de formation du club, de proposer une stratégie essentiellement sportive et éducative. Le programme OM school semble très différent de ce qui se fait aujourd’hui dans la plupart des académies au Maghreb. Mais comme je l’ai dit à de nombreuses reprises déjà, ce que font les autres ne nous concerne pas. Concentrons-nous sur notre programme avant toute chose.

TF : L’idée étant d’appliquer les méthodes du club à cette académie. Comment sont sélectionnés les formateurs (locaux) et comment vous vous assurez que ce sont bien les méthodes de l’OM qui sont inculquées dans ces académies ?

DB : Prenons le cas de notre école à Tunis, le staff est composé d’éducateurs tous titulaires de licence CAF C et même CAF B pour la moitié, ce qui est rarissime au sein des écoles de football en Tunisie.
Pour ce qui est de la méthodologie, nous souhaitons rester très discret à ce sujet, mais ce n’est trahir un secret pour personne de dire, que les contenus proposés dans nos OM school sont quasi identiques à ce qui se fait au sein de notre école de football à Marseille. À ce sujet d’ailleurs, les Parents de nos académiciens ont été extrêmement surpris par la qualité des contenus techniques et pédagogiques proposés ainsi que de leurs suivi. Nous pensons que cela fait partie de la force de notre projet ! Je suis sur place pour les faire appliquer au quotidien !

TF : Outre le volet sportif, l’objectif de ces académies est aussi de développer la marque et sa notoriété. Avez-vous mesuré les prémices d’un retour sur investissement après ces premiers mois ?

DB : Je laisse Alejandro Requena le directeur des relations internationales et Laurent Colette notre DG évaluer cet impact. Mais je considère que plus le programme des OM school sera qualitatif, plus les retours pour le club seront positifs.

TF : La stratégie à l’international du club semble orientée vers l’Afrique, avec les OM School et plus globalement OM Africa mais aussi le partenariat noué avec Diambars au Sénégal. Quel objectif souhaitez-vous atteindre ?

DB : Il y a deux volets dans votre question. La première concerne OM Africa : Oui, notre club est profondément ancré en Afrique ; c’est exact. La diversité de la population Marseillaise dont certaines communautés sont originaires d’Afrique nous rapproche forcément. Enfin, les multiples valeurs que nous partageons avec ce continent nous rassemblent forcément en effet !
Pour ce qui est du volet sportif, des projets comme Diambars ou les OM school font partie intégrante de notre stratégie. Celle de valoriser ce merveilleux continent qu’est l’Afrique et qui regorge de potentialités encore inexploitées.

TF : Quelques joueurs tunisiens sont passés par l’OM à l’instar de Ben Slimane, Khelifa, Azzouni, Camus, Abdennour, Khaoui ou encore le franco–tunisien Ben Arfa sans forcément marquer le club. Pourtant le club s’est porté sur Tunis pour ouvrir la première académie. Qu’est qui a motivé ce choix ?

DB : Tout d’abord la Tunisie est une terre de football et ce depuis toujours. Être implanté ici était une évidence pour l’Olympique de Marseille au regard de l’histoire du football tunisien et de son impact en Afrique. Ensuite il a fallu trouver les bons partenaires locaux. La présence d’Achraf Bensalah nous a permis de concrétiser ce projet en respectant les critères de qualité et les standards que nous étions fixés et que nous souhaitons mettre en place pour ce programme.

OM School
OM School

TF : En Tunisie par exemple, qui peut postuler et comment un jeune talentueux qui n’aurait pas les moyens pourrait-il intégrer l’académie ?

DB : Notre ambition est sportive et éducative ! Donc il est important pour nous qu’un quota de top joueurs n’ayant pas les moyens de payer l’adhésion à nos écoles, puissent bénéficier de ce programme et cela grâce à un système de bourses. C’est en place déjà et je suis le seul à valider ce process et ce une fois que le joueur ait été supervisé par mes soins. Concernant les inscriptions, nous sommes très présents sur les réseaux sociaux. La page facebook de l’OM school Tunis est très active depuis l’ouverture de notre école. Chaque enfant ou parent intéressé, trouvera l’ensemble des informations nécessaires pour nous rejoindre.

TF : A la fin du cursus, qu’advient-il des jeunes joueurs qui ont suivi la formation ?

DB : Nous sommes à l’année 1 du projet, il est trop tôt donc pour se projeter et évoquer cet aspect. Mais l’objectif est d’en faire de très bons footballeurs, des jeunes gens disciplinés et avec un état d’esprit irréprochable. Si nous y parvenons : les débouchés seront multiples et cela à tous les niveaux.

TF : Comptez-vous nouer des partenariats avec les clubs locaux et avez-vous un ou plusieurs partenaires en Tunisie ?

DB : Pour le moment, nous souhaitons nous concentrer essentiellement sur notre école et vue la qualité de notre programme, il y a déjà beaucoup à faire. Concentrons-nous là-dessus avant tout. La situation pourra évoluer selon les opportunités dans l’avenir oui en effet.

TF : Un dernier mot pour nos TFistes et en particulier les fans de l’OM ?

DB : Oui énormément de fans Tunisiens supportent l’Olympique de Marseille et nous en sommes particulièrement fier ! Installer notre première école ici en Tunisie est une fierté pour notre club. C’est aussi un privilège dorénavant de pouvoir faire profiter aux jeunes joueurs Tunisiens de notre méthodologie et cela grâce au programme OM school.
L’histoire d’amour entre l’OM et le peuple Tunisien perdura pour très longtemps encore, croyez-moi ça c’est certain.

Majed

Passionné de football depuis mon jeune age, je suivais mes deux équipes favorites, l'Espérance Sportive de Zarzis et le Club Africain que j'ai découvert à l'époque des Lotfi Mhaissi, Hédi Bayari, Kamel Chebli et Lassaad Abdelli. J'ai réellement rejoint Internet en 1994 en étant à l'ENSAM pour ensuite gérer le forum du CA en 1996 puis plusieurs sites personnels dédiés au CA et à l'ESZ. J'ai fondé Tunisie-Foot.com en 1998 au travers d'un site traitant du football tunisien qui aura son nom de domaine et son serveur dédié en 2000.

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page
Fermer