A la UneInterviews

[Exclu TF] : Au coeur du combat de Zarzis

Tunisie-Foot a suivi de près les évènements qui ont agité le club de l’Espérance Sportive de Zarzis, des matchs de play-out à l’affaire dites des « barrages » en passant par les lourdes sanctions dont a fait l’objet le club. Nous vous proposons au travers de cet article de comprendre le point de vue de la situation du côté de Zarzis.

De Zarzis à la FIFA, une action symbolique

Suite à cette affaire des barrages, les supporters de Zarzis ont pris l’initiative de constituer un dossier relativement précis contenant des affaires qui n’ont jusqu’à présent pas été traitées par les instances sportives tunisiennes. Ce dossier a été déposé à la FIFA, le 25 juin 2022. Pour les supporters de l’ES Zarzis, il est hors de question que le club serve de bouc émissaire après des années de gestion chaotique dans le football tunisien, selon eux, faisant suite à de nombreux abus de pouvoir ayant entrainé des troubles sociaux et sportifs. Ils dénoncent ainsi les abus de pouvoir « chantage, corruption, clientélisme » au sein de la Fédération Tunisienne de Football. Les documents transmis à la FIFA ont pour objectif d’expliquer comment le fléau des matchs truqués s’est développé, témoignant de l’état de déliquescence dans lequel se trouve le football tunisien depuis près d’une décennie. Dans cette perspective les supporters de Zarzis ont manifesté leur colères auprès des instances internationales ce même 25 juin où les fans sont venus d’un peu partout d’Europe pour se rejoindre à Zurich devant le siège de la FIFA.

Une grogne à visée fédératrice

La volonté première des supporters de l’ES Zarzis est de sensibiliser les autres clubs tunisiens. L’idée est de constituer un comité des clubs dissidents pour dénoncer les injustices et mettre en lumière la panne des institutions au sein même de la FTF. Ils considèrent que cette institution sportive tunisienne est incapable de prendre des décisions qui s’imposent, s’en remettant systématiquement aux instances internationales (FIFA,TAS). Elle est de ce fait spectatrice de son propre football. Jusqu’à présent, l’action de Zarzis a eu une résonnance significative dans le milieu football tunisien. En effet, des supporters de différents clubs tels que le Stade Gabésien, le Croissant Sportif Chebbien, et de nombreux clubs du gouvernorat de Sfax à l’instar du Stade Sportif Sfaxien ou encore de Sfax Railway Sport ont déjà exprimé leurs soutiens à la cause du club. En définitive, les supporters de l’ES Zarzis exigent une refonte du football tunisien et une reconnaissance des droits de leurs club ainsi que la levée des sanctions contre les deux joueurs suspendus.

Lourdes sanctions, inédit dans l’histoire du championnat tunisien

Le comité d’éthique de la FTF a annoncé son verdict suite à l’enquête qui a été ouverte pour soupçon de manipulation de résultat dans le match qui a opposé l’ES Zarzis à l’ES Hammam-Sousse (1-1).

Cette instance a en effet décidé d’infliger une amende de 100 000 DT et une radiation de 5 ans à deux joueurs de l’ES Zarzis :

  • Wael Kordi gardien, 28 ans
  • Hassen Ben Romdhane latéral droit, 22 ans

Cette décision est jugé très lourde par le club puisqu’elle met pratiquement fin à la carrière des deux joueurs et dont le seule source de revenus reste le football. Par ailleurs, ces sanctions sont inédites dans le championnat qui a connus bien d’autres affaires de même nature ou souvent plus grave mais qui n’ont jamais abouti à de telles sanctions.

C’est à ce propos que Tunisie-Foot a sollicité Razi Dhouib, supporter de l’ESZ et ex vice-président de la LNFA, qui par ses fonctions connait les rouages du football tunisien et a fait partie des vois qui se sont élevées à Zurich.

Le point de vue de Razi Dhouib

TF : Quel a été votre rôle dans le paysage footballistique tunisien ?

RD : J’étais dirigeant de 2004 jusqu’à 2016. En 2016, j’étais membre de la Ligue Nationale de Football Amateur niveau 1. J’étais président de la commission coupe et championnat. En 2020, il y’a eu de nouvelles élections, et j’ai été élu vice-président de la Ligue Nationale de Football. J’ai officiellement démissionné le 12 juin 2022.

Ils se sont basés sur une vidéo Facebook, alors que les statuts de la FTF exigent que les vidéos doivent émaner des images télévisées.

Razi Dhouib

TF : Pouvez-vous revenir sur l’affaire des barrages play-out ?

RD : Il y’a eu une poule de 4 équipes, 3 matchs aller et 3 matchs retour. Le problème réside dans la dernière journée. En effet, l’ES Zarzis jouait contre Hammam Sousse et en parallèle Metlaoui recevait Béja. Dans ce second match, les équipes paraissent officieusement s’entendre sur un score nul vierge alors que l’ES Zarzis menait au score chez elle. C’est cet évènement qui a poussé l’ES Zarzis à laisser l’ESHS revenir au score (1-1) entrainant ainsi la relégation de l’ES Métlaoui.

Le bureau fédéral a vu qu’il y a eu manipulation du score. Ses membres se sont basés sur une vidéo Facebook, alors que les statuts de la FTF exigent que les vidéos doivent émaner des images télévisées. Ils ont notifié la FIFA et la commission d’éthique de football. La commission a fait une enquête et a transféré le dossier à la commission nationale de discipline et de fair-play. Cette dernière a pris la décision de radier 5 ans Wael Kordi et Hassen Ben Romdhane. Le soir même, sur Attessia, une chaîne TV qui a les droits de diffusion, le président de cette commission s’est exprimé en indiquant qu’il n’y avait pas eu de corruption.

Sa décision s’est fondée sur l’article 18 du code d’éthique de la FIFA qui prévoit la sanction de « radiation de 5 années + 100 000 euros ». (NDLR : l’article 18 de la FIFA prévoit en réalité une amende de 10 000 CHF et une radiation de 2 ans). Organiser un super barrage entre Métlaoui et Hammam-Sousse est contraire aux statuts. C’est du ressort du bureau fédéral de choisir le format du championnat mais ils doivent le notifier à la ligue concernée 15 jours avant le début du championnat. Nous déplorons par ailleurs que le second match, à savoir celui de Métlaoui et Béja, n’a pas fait l’objet d’une enquête malgré les suspicions de manipulation du match. On peut qualifier cela de décisions à la carte.

TF : Que s’est-il passé lors du déplacement à Métlaoui, la journée précédente ?

RD : La main courante était chargée de personnes qui ne faisaient pas parti du club et cela jusqu’au vestiaire. Les conditions pour jouer un match de football n’étaient pas réunies. Nous sommes par ailleurs atterrés que nos joueurs ont été agressés à Métlaoui. Pour vous illustrer ces deux poids de mesures, les officiaux ainsi que les commissaires de matchs n’ont rien signalé malgré l’intimidation et l’agression que nous avons subies. Notre capitaine Malek Bhar a même fait l’objet d’insultes racistes. Je rajoute qu’il a fini au commissariat jusqu’à 01h00 du matin. Enfin, je tiens néanmoins à préciser que le comité directeur de l’ES Métlaoui a soutenu les joueurs de l’ES Zarzis durant cette épreuve.

TF : Quel est le contenu du dossier remis à la FIFA le 25 juin à Zürich ?

RD : Je tiens tout d’abord à préciser qu’il s’agissait d’un mouvement spontané des supporters de l’ES Zarzis qui a débuté à Paris le 18 juin 2022 devant le consulat de Tunisie et qui s’est poursuivi le 25 juin 2022 devant le siège de la FIFA à Zürich.
On a préparé un dossier avec une équipe soudée. Notre dossier se décline sous la forme d’une compilation des affaires qui ont été ouvertes par le Bureau Fédéral ces cinq dernières années et qui ont été transmises à la commission d’éthique. Celle-ci n’a jamais daigné donner suite à ces dossiers. On s’interroge et nous sommes révoltés. Nous ne comprenons pas pourquoi c’est l’ES Zarzis qui doit payer la facture d’une décennie de clientélisme dans le football tunisien.

Il y a des dossiers sur les paris sportifs :

  • US Ben Guerdane – ES Métlaoui 1-0, 7 avril 2019.
  • JS Kairouan – US Ben Guerdane score 3-1, 3 avril 2021.

Je rappelle que la Française des Jeux en France avait lancé un signalement le 7 avril 2019 pour des paris sportifs suspects sur la rencontre ayant opposé l’US Ben Guerdane à l’ES Métlaoui dans la région de Nice et que trois personnes ont été mises en examen par la suite.

Les affaires les plus récentes que nous avons intégrées à notre dossier sont celles portant sur les matchs suivants :

  • ES Jerba – Jendouba Sports score 3-2, 13 mars 2022
  • AS M’hamdia – ES Radès score 7-7, 27 mars 2021

La FTF a gelé les résultats de ces deux rencontres qui faisaient l’objet de suspicion de corruption et a transmis ces affaires à la commission d’éthique et de discipline. Cette dernière ne s’est jusqu’à présent toujours pas prononcé mais a eu en revanche le temps de sanctionner lourdement l’ES Zarzis, ce qui illustre parfaitement le caractère partisan de nos instances sportives.

Nous avons évoqué le nouveau match de barrage organisé par la FTF entre l’ES Hammam Sousse et l’ES Métlaoui. Enfin, je peux vous affirmer que Wadie Jary a des procès en cours en Tunisie et que dans ce sens nous avons transmis les numéros des procès à la FIFA. Nous avons un président qui n’est pas clean, les supporters de Zarzis veulent attirer l’attention de la FIFA sur ce point.

TF : Quelles sont les suites ?

RD : L’ES Zarzis a fait appel. On attend la décision de la commission d’appel. Je peux vous indiquer que celle-ci devra rendre son verdict au plus tard le 28 juillet 2022. En fonction de cette décision, nous verrons si nous irons jusqu’au TAS.

Nous voulons retrouver notre prestige et notre grandeur. Nous avons 88 ans.

Razi DHOUIB

TF : Quelle est l’attente du club par rapport à la FTF ?

RD : L’Espérance Sportive de Zarzis veut un résultat acquis sur terrain. Ca ne nous dérange pas d’évoluer en LP2. Notre objectif est à moyen et long terme. On veut jouer du football et ne plus être sacrifiés sur l’autel de la corruption comme ce fut le cas les saisons précédentes. Rester en Ligue 1 est un souhait mais cela ne se fera pas à n’importe quel prix. Nous voulons retrouver notre prestige et notre grandeur. Nous avons 88 ans.

TF : Quelle est la situation des joueurs qui ont été suspendus ?

RD : Les joueurs attendent la décision de l’appel. On a déposé un recours aux instances compétentes. On a deux avocats qui seront présents. On va défendre nos joueurs jusqu’au bout. Je peux vous dire que Hassan Ben Romdhane qui n’est âgé que de 22 ans est très atteint psychologiquement. Il est rémunéré en jouant au football. En le radiant 5 ans, on anéantit sa carrière ce qui entraînera sa mort sociale.

TF : Avez vous été soutenu par d’autres clubs ?

RD : Oui. Il est vrai qu’il y a des contacts mais je ne peux pas citer les clubs concernés.

TF : Comment vous avez vu venir l’émergence des matchs truqués ?

RD : Les matchs manipulés en Tunisie sont monnaie courante. Il y a une main basse sur le football tunisien par un certains nombres de personnes. Ils dictent la tournure du championnat en planifiant les relégations et les montées . Pour moi, la solution c’est la démission du Bureau Fédéral ou une motion de censure par les clubs. Il faudrait 50 +1 voix pour dissoudre ce Bureau Fédéral.

TF : Selon vous, quelle sera la formule du championnat la saison prochaine ?

RD : Aujourd’hui à mon avis le bureau fédéral se trouve dans une position inconfortable. Trois choix se présentent à lui :

  • Le premier, annuler les relégations et jouer avec 20 clubs subdivisés en 2 poules de 10.
  • Le second, confirmer le résultat acquis sur le terrain lors de la dernière journée des barrages, ce qui revient à entamer la saison prochaine avec 14 équipes.
  • Enfin, la dernière serait de refaire jouer intégralement les matchs de barrages avec les 4 équipes (OB,ESZ,ESHS et ESM).

Tykra

Passionné par la Tunisie et le Football en général, j’ai découvert Tunisie-Foot en 2005, la référence du Football Tunisien depuis 1998 !

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page